Il y a 80 ans, la mort de 11 millions de personnes était méticuleusement planifiée au cours d’une réunion d’une heure et demie

C’est peut-être la manifestation la plus effroyable de la Deutsche Gründlichkeit : la planification de l’Holocauste n’a pris que 90 minutes. Le 20 janvier 1942, 15 hauts fonctionnaires de la bureaucratie nazie se réunissent dans une villa située au bord du lac Wannsee, dans la banlieue ouest de Berlin. Des collations sont servies et arrosées de cognac. Il n’y a qu’un seul point à l’ordre du jour : « Les mesures organisationnelles, logistiques et matérielles pour une solution finale de la question juive en Europe. » C’est la réunion qui va coûter la vie à plus de 6 millions de personnes.

Quatre-vingts ans après la tristement célèbre conférence de Wannsee, qui a consisté en la méticuleuse élaboration de la solution finale de la question juive, son efficacité bureaucratique reste terrifiante. Les nazis avaient de grands projets : onze millions de personnes devaient « disparaître ». Le procès-verbal établi ce jour-là et dactylographié sur 15 pages ne fait pas explicitement référence au meurtre. C’est un langage très camouflé. Des termes tels que « évacuation », « réduction », « traitement » et « guérison » sont utilisés – des tâches qui ont été réparties entre différents départements gouvernementaux et leurs « spécialistes compétents » dans le rapport.

Diplômés avec un doctorat

La conférence de Wannsee documente la machinerie génocidaire de l’État nazi. L’hôte de ce jour de janvier 1942 est Reinhard Heydrich, le puissant chef du service de sécurité et de la SS, qui a été chargé de la « solution finale » par Hermann Göring, le bras droit d’Hitler, et qui la coordonne avec d’autres départements et ministères.

Les hommes invités par Heydrich sont des fonctionnaires de haut rang et des officiels du parti. La plupart d’entre eux ont la trentaine: neuf sont diplômés en droit, plus de la moitié ont un doctorat universitaire. Lorsqu’ils se réunissent, le génocide est déjà en cours. Les déportations de Juifs et les meurtres de masse dans les régions orientales ontt commencé l’automne précédent, mais la réunion de ce jour-là jette les bases d’une machine à tuer en masse qui impliquera l’ensemble de l’appareil étatique et finalement des millions d’Allemands dans divers rôles.

Eichmann a enregistré la « solution finale »

Il est demandé à Adolf Eichmann, chef de la Reichszentrale für jüdische Auswanderung du ministère de l’Intérieur, qui organisera plus tard les déportations vers les camps d’extermination, de rédiger le procès-verbal de la réunion. Une seule des 30 copies de son protocole de 15 pages, estampillé « secret » en rouge sur la première page, a survécu. Il a été découvert après la guerre par des soldats américains dans les dossiers du département d’État.

Le protocole d’Eichmann résume l’ampleur de la tâche dans un tableau statistique détaillé des populations juives de toute l’Europe, comprenant non seulement l’Union soviétique, mais aussi l’Angleterre, l’Irlande et la Suisse. « Avec l’approbation préalable du Führer, l’émigration est désormais remplacée par l’évacuation des Juifs vers l’Est comme autre solution possible », indique le protocole. « Au cours de cette solution finale de la question juive, environ 11 millions de Juifs seront pris en considération. »

Réglé de manière assez détaillée

Le document explique ensuite de manière assez détaillée à quoi ressemblerait cette solution finale. « Sous une supervision appropriée, les Juifs seront utilisés de manière adéquate pour le travail à l’Est », est-il précisé. « Dans de grandes colonnes de travail, séparées par sexe, les Juifs capables de travailler seront envoyés dans ces régions pour construire des routes. Au cours de ce processus, une grande partie tombera sans aucun doute par réduction naturelle. Ceux qui restent devront recevoir un traitement approprié, car ils représentent sans doute les sections les plus résistantes. »

« Les Juifs évacués seront d’abord emmenés groupe par groupe vers des ghettos dits de transit, d’où ils seront ensuite transportés vers l’Est », poursuit le texte. « En ce qui concerne la manière dont la solution finale sera mise en œuvre dans les zones européennes que nous contrôlons ou influençons actuellement, il a été suggéré que les spécialistes compétents du ministère des Affaires étrangères consultent le fonctionnaire responsable de la Sicherheitspolizei et du SD. »

Qu’est-il arrivé aux 15 personnes présentes ?

C’est le langage des bureaucrates, mais il n’y a jamais eu aucun doute sur la signification du document : « L’élimination complète des Juifs d’Europe », comme l’a écrit Joseph Goebbels, le principal propagandiste d’Hitler, dans son journal après avoir lu le procès-verbal.

Les 15 participants à la conférence de Wannsee ont tous participé directement à l’Holocauste. Certains ont commandé ou organisé des escadrons du crime, d’autres ont mis en place le cadre juridique du génocide. Six d’entre eux étaient morts en 1945. Seuls deux d’entre eux ont été jugés après la guerre pour leur rôle dans l’Holocauste. Eichmann a été exécuté en Israël après s’être caché pendant des années en Argentine. Wilhelm Stuckart, co-auteur des lois raciales de Nuremberg, a été arrêté, puis libéré en 1949.

Trois autres personnes ont été jugées pour des crimes sans rapport et ont reçu des peines clémentes. Et quatre n’ont pas été poursuivis du tout. Gerhard Klopfer, un haut fonctionnaire de la chancellerie d’Hitler, a travaillé comme avocat pendant des décennies après la guerre. Lorsqu’il est décédé en 1987, sa famille a publié une nécrologie célébrant « une vie accomplie au profit de tous ceux qui étaient sous son influence ».

Comment la villa a survécu

Aujourd’hui, la villa de trois étages située au bord du lac, qui a servi de maison d’hôtes pour les SS et où s’est tenue la conférence de Wannsee, est pratiquement inchangée de l’extérieur. Situé en retrait de la route au milieu de vastes jardins, la demeure accueille les visiteurs avec un porche d’entrée majestueux et quatre statues d’angelots dansant le long du toit. Pendant des décennies, les autorités ouest-allemandes ont débattu à propos du bâtiment. Lorsque les survivants ont fait pression sur le gouvernement pour en faire un lieu permettant d’en apprendre davantage sur l’Holocauste et de documenter les crimes des auteurs, les responsables ont tenté de torpiller le projet. Certains ont dit qu’ils craignaient que cela ne devienne un lieu de pèlerinage pour les anciens nazis, tandis que d’autres pensaient qu’il valait mieux raser la villa pour qu’il ne reste rien de la maison de l’horreur.

Joseph Wulf, un résistant juif qui a échappé à la mort à Auschwitz et qui est devenu un historien respecté, a mené la première campagne visant à faire de la villa un mémorial et une institution historique. Ses propositions ont été rejetées à plusieurs reprises et, dans une lettre adressée à son fils en 1974, il exprimait son désespoir. Quelques mois plus tard, il s’est suicidé. Jusque dans les années 1980, la villa est restée une auberge de jeunesse pour les voyages scolaires. Ce n’est qu’après la réunification, en 1992, qu’elle a été transformée mémorial.

La villa dans laquelle la réunion a eu lieu. (Isopix)
Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20