Hema, Blokker, Brantano: les chaînes de magasins se battent pour leur survie

Isopix

Dans diverses chaînes de magasins de vente au détail, tout est bon pour tenter de survivre à la crise. Les créanciers auront un rôle à jouer.

Hema

Les créanciers d’Hema ont proposé un plan dans lequel ils deviendraient propriétaires de la chaîne de magasins. En échange, ils laisseraient tomber 300 millions d’euros de dettes, rapporte ce jeudi Het Financieele Dagblad. Si le plan est accepté, l’homme d’affaires Marcel Boekhoorn perdrait Hema, alors qu’il n’en est propriétaire que depuis fin 2018.

La chaîne néerlandaise traîne une lourde dette depuis plusieurs années. Et la crise du coronavirus a encore un peu plus affaibli ses finances. Les magasins à l’étranger, et notamment en Belgique, ont dû garder portes closes. Aux Pays-Bas, ils étaient toujours ouverts, mais le chiffre d’affaires a considérablement baissé. Aujourd’hui, les succursales sont pratiquement toutes ouvertes. Toutefois, les revenus du groupe sont toujours 20% en dessous de leur niveau de 2019.

Blokker

Blokker Belgium commence son déstockage dès aujourd’hui. La société veut vendre l’intégralité de son stock, quitte à proposer des réductions allant jusqu’à 75%.

En février, 123 magasins belges Blokker étaient repris par l’entrepreneur néerlandais Dirk Bron. L’objectif est de les convertir en discounter de la marque Mega World. Lors de l’acquisition, les 670 employés des magasins avaient eu la promesse que leur emploi serait assuré pendant un an. Mais aujourd’hui, les syndicats restent inquiets. La conversion des commerces a été reportée à juin à cause de la crise.

En outre, une enquête pour fraude a été lancée à l’encontre de Dirk Bron à La Haye, aux Pays-Bas. Il est accusé d’avoir falsifié un bail, détourné des chaussures de sport et de s’être soustrait aux impôts, selon le journal De Telegraaf.

Brantano

FNG, la maison mère de Brantano et d’autres commerces au détail, a demandé mardi à ses obligataires un report des paiements des intérêts jusqu’à décembre. Ces derniers se réuniront le mois prochain pour décider si oui ou non ils acceptent ce report de 7 mois.

Camaieu

Le gouvernement français est la recherche d’un repreneur pour la chaîne de magasins de vêtements. Camaieu est pour l’instant placé en redressement judiciaire. Il a 6 mois pour trouver une solution à l’importante baisse de son chiffre d’affaires, sinon ce sera la faillite. Le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, voudrait empêcher que plus de 4.000 employés soient licenciés à la fin de l’année.