Les marchés:
Markten inladen...

LUNDI 06 AVR

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

Fraude, blanchiment… Le sulfureux passé de l’acheteur de Blokker Belgique inquiète

Logo Business AM
Business

27/02/2020 | Ruben Van Lent | 6 min de lecture

Isopix

Dirk Bron, l’homme qui a repris les 123 magasins Blokker de Belgique mardi dernier, a un passé pour le moins trouble. Il laisse en effet derrière lui des traces de faillites et est également soupçonné d’avoir escroqué des partenaires commerciaux.

Le journal néerlandais Het Financieele Dagblad publie ce jeudi une enquête sur l’entrepreneur Dirk Bron. Le récent acquéreur de la division belge de la chaîne de magasins Blokker a, semble-t-il, un passé pour le moins douteux. L’homme aurait au moins six faillites à son actif et il se murmure qu’il aurait siphonné financièrement plusieurs entreprises. Lorsqu’on lui pose la question, Dirk Bron répond qu’il ‘n’a jamais entendu parler de ces sociétés’.

Son modus operandi consisterait à commander de grandes quantités de marchandises, et à ne jamais les payer. Le ministère public néerlandais (OM) enquête sur lui, ce qui n’empêche pas l’homme d’affaires néerlandais de nier l’existence de poursuites contre lui au Financieele Dagblad.

Bordels

Le journal néerlandais relate l’une de ses précédentes acquisitions. En 2008, Dirk Bron a acheté les magasins de vêtements Aqua Store, après quoi il a complètement dépouillé l’entreprise en à peine cinq mois. Il a notamment séjourné pendant deux mois dans un hôtel chic de Noordwijk avant d’envoyer la facture de 41.000 euros à Aqua Store. L’entrepreneur a également dépensé 60.000 euros dans des cafés et autres maisons closes avec la carte bancaire de la société. Il a en prime transféré 17.000 euros à sa compagne de l’époque. En août de la même année, Dirk Bron a revendu la société à un fraudeur déjà condamné. Deux mois plus tard, Aqua Store était en faillite.

Il s’est également avéré qu’il avait acheté des camions remplis d’ustensiles de cuisine à la société allemande Rösle pour une valeur d’un million d’euros. Ironiquement, il se faisait alors passer pour un représentant de chez Blokker. Mais Dirk Bron n’a jamais déboursé un centime. Rösle a finalement pu, avec l’aide d’un avocat, récupérer une partie des marchandises.

La sécurité de l’emploi ?

Des questions se posent dans le cadre de la reprise de Blokker Belgique. Dirk Bron a enregistré comme adresse de son entreprise un appartement loué à Waddinxveen, près de Gouda. L’homme semble également vouloir revenir à ses anciennes habitudes. Il veut transformer Blokker en une chaîne de magasins discount, sous le nom Mega World. Il achètera donc à nouveau de grandes quantités de vêtements et de jouets afin de les revendre ensuite dans ses magasins.

Bien qu’il ait promis à tous les employés de Blokker Belgique une sécurité d’emploi d’au moins un an, Dirk Bron a donné d’autres signaux en début de semaine. Les travailleurs qui ne coopèrent pas peuvent partir, semble-t-il désormais. ‘Nous n’avons encore rien vu de tout cela sur papier’, déclare Inge De Beul, du syndicat socialiste BBTK (SETCa), à Business AM. ‘D’ailleurs, ce n’est pas vraiment une promesse. Il y a eu un comité d’entreprise spécial et le personnel a pu poser ses questions, mais la plupart ont été éludées. Ce n’était rien de plus qu’un ‘show de bonnes nouvelles’’.

Inge De Beule se pose de sérieuses questions sur l’ensemble du montage. ‘C’est très, très bizarre. Le personnel est également inquiet, à juste titre, de toutes les informations concernant M. Bron’. Le syndicat a demandé une entrevue avec Michiel Witteveen, le propriétaire de Blokker depuis l’année dernière, mais ‘ne s’attend pas à recevoir une réponse’.

‘Très embêtant’

Le syndicat BBTK menace de prendre des mesures si Michiel Witteveen ne répond pas dans le courant de la semaine. Il y aura dans un premier temps une réunion de conciliation, mais si cela ne donne pas de résultats, tous les magasins fermeront leurs portes. ‘Nous espérons que notre personnel pourra attendre aussi longtemps, car certains souhaitent débrancher la prise dès à présent’, ressort-il.

Le directeur général de Blokker Belgique ne souhaite pas faire de commentaires. ‘La prise de contrôle vient d’avoir lieu. Ce n’est que lorsqu’il y aura un nouveau plan clair et détaillé, et que nous commencerons à le mettre en œuvre, qu’il y aura du contenu à partager’, a-t-il fait savoir par e-mail.

Dans Het Financieele Dagblad, Michiel Witteveen qualifie de ‘très embêtant’ le fait que tant de choses sortent à présent sur Dirk Bron. ‘Mais nous ne pouvions pas  savoir’, se défend-t-il. Il n’est plus possible d’annuler la prise de contrôle.

Report de loyer

En début de semaine, Dirk Bron a également demandé un report de loyer de six mois pour les locaux dans lesquels Blokker a des magasins. ‘Les propriétaires de ces biens peuvent coopérer ou récupérer une propriété vide dans un an’, a-t-il fait savoir. Mais les propriétaires ne se montrent guère impressionnés. ‘Nous trouverons quelqu’un d’autre’, ont-ils déclaré dans De Tijd.

Blokker, une société néerlandaise qui s’est développée au fil des ans au Benelux et au Surinam, a été contraint de vendre ses magasins belges pour maintenir ses chiffres. Toute l’entreprise est déficitaire, mais c’est en Belgique qu’elle souffrait le plus. Sur les 123 magasins, seuls huit réalisent des bénéfices.

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | Stocks