Grand Baromètre: le PTB surfe sur la crise

Raoul Hedebouw en Peter Mertens – Isopix

Le Grand Baromètre Le Soir-RTL-Ipsos a rendu son verdict. L’extrême gauche progresse tant à Bruxelles qu’en Wallonie, et même en Flandre où le Vlaams Belang perd des plumes. Les libéraux, aux responsabilités, limitent la casse partout dans le pays.

Wallonie

Par rapport au dernier sondage de décembre 2020, le PS et le MR se stabilisent à 22,8% et 20,1%. Le PTB, en constante progression depuis les élections de mai 2019, confirme son statut de 3e parti wallon. Leur rôle d’opposition leur sied à merveille. Presques tous les autres partis se trouvent à un certain niveau de pouvoir ou sont inaudibles. Ecolo, présent au fédéral et en Région, grimpe néanmoins à 16,5% mais est relégué 4e parti au sud du pays. Le cdH perd encore des plumes pour se retrouver à 8,7% des intentions de votes. Le DéFI est toujours quasi inexistant à 3,9%, malgré la relative visibilité de François De Smet et Sophie Rohonyi.

Bruxelles

En perte de vitesse, Ecolo conserve sa première place dans la région bruxelloise à 18,2%. Le MR progresse à 16,4% et talonne le PS à 16,8%. Juste derrière, le PTB à 16%, qui peut entrevoir l’objectif insensé de devenir la 2e formation politique de la capitale. DéFI se stabilise à 11,4%. Le cdH ferme la marche avec 4 petits pourcents. La députée fédérale Catherine Fonck, très en vue dans son rôle d’opposition durant la crise, semble faire peu de différence pour les chrétiens-démocrates.

Flandre

Assiste-t-on à l’inversion d’une tendance qui dure depuis un certain temps ? La N-VA stoppe l’hémorragie à 20% derrière le Vlaams Belang qui essuie un recul à 23,6%. Les 3 seuls partis qui progressent sont le CD&V à 13,2%, l’Open VLD du Premier ministre Alexander De Croo à 12,9% et le PVDA (PTB) à 8,2%, soit à égalité avec Groen. Le sp.a chute à 12,3%: la hype autour de son jeune président, Conner Rousseau, semble s’achever. Le rôle peu flatteur du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke semble fait sans doute le reste.

Conclusion

La Wallonie et même Bruxelles restent dominés par un énorme bloc de gauche. Un phénomène presque unique en Europe. La Flandre est sans surprise à droite: sp.a, Groen et le PVDA ferment la marche autour des 28% à eux trois. Les perdants? Les partis centristes: cdH et DéFI, pourtant dans l’opposition (sauf à Bruxelles pour DéFI), ne font que de la figuration. Et c’est le PTB qui en profite.

Mais les fluctuations restent toutefois dans la marge d’erreur et on est très loin d’une quelconque élection. Le PTB a en outre un éternel dilemme à régler: se trouver des alliés s’il veut gouverner. S’il le veut…

Mais, bien sûr, ça n’empêchera pas son porte-parole de fanfaronner.

Lire aussi :