Gérontocratie USA : après Biden et Trump, revoilà les Clinton

Gérontocratie : une forme de gouvernement dans laquelle toute l’autorité appartient aux personnes âgées.

Les élections concernent l’avenir. C’est une phrase célèbre de Bill Clinton (75 ans). Il a été le 42e président des États-Unis entre 1992 et 2000. L’actuel président Joe Biden (79) et son prédécesseur Donald Trump (75) ne partagent pas cette opinion. Selon eux, ce que les candidats veulent faire à l’avenir est moins important que leur obsession du passé.

Biden et les démocrates veulent que les événements du 6 janvier 2021 deviennent le point central des élections de mi-mandat de novembre 2022. Avec la poursuite de Donald Trump comme but ultime.

Trump reste lui aussi obsédé par le passé. Dans une récente interview accordée au radiodiffuseur public NPR, il a clairement indiqué qu' »il reste avantageux pour les républicains de parler des élections de 2020″. « Sinon, [les démocrates] recommenceront en 2022 et 2024 ». Newt Gingrich (78 ans), autre meuble républicain, a déclaré dimanche sur Fox que la prison est imminente, non pas pour les personnes qui ont attaqué le Capitole, mais pour celles qui siègent à la commission chargée d’enquêter sur les événements du 6 janvier.

Pendant ce temps, ceux qui regardent vers l’avenir sont des Américains ordinaires. Ils auront l’occasion de revoter dans 10 mois. L’échec du retrait d’Afghanistan et les problèmes à la frontière terrestre méridionale en ont frustré plus d’un. Mais c’est surtout l’inflation, qui a atteint en décembre son plus haut niveau depuis 40 ans, la criminalité accrue – déjà sous Trump – dans les villes et la pandémie qui continuent de dominer la vie quotidienne. De plus en plus de parents sont également agacés par les écoles qui sont fermées depuis des mois dans différents États à l’instigation des syndicats d’enseignants au pouvoir criminel.

Les démocrates gouvernent comme s’ils avaient reçu un mandat de l’électeur

Biden – dont les capacités cognitives suscitent chaque jour davantage de questions – est entre-temps pris entre le marteau et l’enclume. Sa marge de manœuvre est très mince. Tant au Congrès (10 voix de plus que la moitié) qu’au Sénat (2 voix de moins que la moitié, mais où 2 indépendants + la vice-présidente Harris peuvent faire la différence).

Donc, tout sauf un mandat fort des électeurs. Néanmoins, sous la direction de Nancy Pelosi (81), les démocrates ont choisi de se déplacer de plus en plus vers la gauche. Parce que Biden se positionne traditionnellement au milieu de son parti, il se situe désormais lui aussi quelque part entre la gauche et l’extrême gauche. Et c’est loin d’être le centre de l’Amérique.

Les sondages prédisent donc une raclée en novembre, le Congrès et le Sénat revenant définitivement aux Républicains. Tout indique que les Américains d’origine asiatique et les Hispaniques voteront massivement pour les candidats du GOP. La popularité de Biden est maintenant au même niveau catastrophique que celle de Trump il y a 5 ans. S’il perd aussi rapidement la Chambre et le Sénat, la route vers une victoire républicaine à la présidentielle de 2024 sera grande ouverte. Bien qu’il y ait de plus en plus de chances qu’aucun des deux partis n’accepte le résultat des élections.

Bill Clinton, le « triangulateur »

Enter Bill Clinton. Il a subi une défaite électorale catastrophique en 1994. Lors des élections de mi-mandat, les démocrates ont perdu non seulement la Chambre et le Sénat, mais aussi dix sièges de gouverneurs. Un scénario cauchemardesque pour le président Clinton, qui a réussi à se sauver politiquement au moyen de ce qui restera dans l’histoire comme une « triangulation ». Une formule dans laquelle il ne fait plus de distinction entre les propositions des démocrates ou des républicains. Clinton a également adopté les idées de ses adversaires politiques. Il travaillait simplement sur des propositions qu’il pensait être acceptées par la société civile. Cela s’est avéré être la formule magique, car en 1996, Clinton a facilement remporté un second mandat.

Un tour de force qui a surtout mis en évidence le talent politique de Clinton. Il est donc probable qu’il sera réhabilité politiquement à partir de novembre. Biden aura peu d’autres options que de se tourner vers lui.

Encore Hillary ? Espérons que non

Ce qui est inquiétant, c’est que le nom de Clinton refait surface comme candidat possible pour les démocrates en 2024. Au début du mois, le Wall Street Journal a publié un article d’opinion dans lequel deux conseillers politiques présentaient Hillary Clinton (74 ans) comme le meilleur choix pour 2024.

« Si les démocrates veulent avoir une bonne chance d’accéder à la présidence en 2024, Mme Clinton est probablement leur meilleure option », écrivent les auteurs. Un vœu pieux, car dans les récents sondages, Clinton ne semble pas plus populaire que la jeune prodige de la politique de gauche Alexandria Ocasio-Cortez et encore moins que la vice-présidente Kamala Harris ou l’ancienne première dame Michelle Obama. En d’autres termes, il s’agit d’une manipulation politique qui ne sert qu’à aggraver les divisions au sein du parti démocrate.

Le GOP veut un « Teflon Trump »

Il y a également une guerre en cours au sein du parti républicain. Peu de choses que fait « Teflon Trump » peuvent nuire à son image auprès des électeurs républicains. Il n’a fait qu’étendre son emprise sur le GOP depuis l’attaque du Capitole. Les républicains ont embrassé le mensonge de l’élection volée. Les membres du parti qui ne le faisaient pas ont été mis sur la touche. Le sondage ci-dessus montre que 70% des électeurs républicains souhaitent qu’il se représente. 81% des républicains disent également qu’ils voteront pour lui s’il le fait. Le GOP pense donc qu’un homme au CV douteux, qui aura fêté son 78e anniversaire en 2024, est le meilleur pari pour l’avenir.

Malgré le fait que les divisions politiques aux États-Unis aient paralysé le gouvernement, l’Amérique reste l’économie la plus dynamique du monde. Pourtant, de plus en plus d’Américains considèrent que leur démocratie est en crise et que leurs adversaires politiques nationaux sont leur principal ennemi. Étonnamment, beaucoup continuent de penser que les « boomers » qui ont contribué à créer les problèmes vont maintenant les résoudre.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20