Eurostar se bat pour sa survie

Gustavo Valiente/I-Images

La compagnie ferroviaire Eurostar, qui assure la liaison entre le Royaume-Uni et le continent européen, se bat pour sa survie. La société a demandé le soutien financier du gouvernement britannique pour faire face à l’impact de la crise du coronavirus.

Eurostar souligne que le gouvernement britannique a accordé aux principaux aéroports britanniques un allègement fiscal et prétend avoir lui aussi droit à un soutien. Suite à la pandémie, le nombre de passagers des trains Eurostar a fortement diminué.

Deux trains par jour

Eurostar a considérablement réduit le nombre de ses trajets journaliers entre Amsterdam, Bruxelles, Paris et Londres. Cette mesure a été prise en réponse aux restrictions mises en place dans les transports en commun pour lutter contre la propagation du coronavirus. La pandémie a également entraîné une baisse de l’intérêt du public.

Actuellement, seuls deux trains par jour circulent entre Londres et le continent européen: un vers Bruxelles, l’autre vers Amsterdam. Avant le début de la pandémie, il y avait encore cinquante trains par jour. Toutefois, d’ici la fin de l’année, Eurostar envisage de rehausser le nombre de ses liaisons quotidiennes.

La liaison directe entre Londres et Amsterdam a été instaurée très récemment. Jusqu’à présent, le service n’a suscité que peu d’intérêt. Un porte-parole de la compagnie ferroviaire souligne que la demande de voyages entre le Royaume-Uni et le continent européen a chuté de 95 % depuis le début de la pandémie.

Selon Eurostar, sans aide, cette situation n’est pas viable. En outre, la société affirme que le secteur britannique de l’aviation a reçu plus de 1,8 milliard de livres sterling (plus de 2 milliards d’euros) de fonds publics. Pour Eurostar, les services ferroviaires internationaux devraient également être éligibles à cette aide financière. ‘Les aides d’État peuvent contribuer à maintenir une liaison durable entre le Royaume-Uni et l’Europe continentale’, a déclaré le porte-parole.

Une solution durable

Le soutien public à l’aviation peut s’avérer préjudiciable à Eurostar, qui, au cours des deux dernières décennies, s’est progressivement établi comme un concurrent de l’aviation pour les trajets plus courts. Le nombre de passagers dans les avions entre Londres et Paris a diminué de 55% au cours du dernier quart de siècle.

Les syndicats britanniques demandent eux aussi l’intervention du gouvernement britannique. ‘Eurostar remplit une fonction cruciale dans le trafic international’, affirme Mick Cash, secrétaire général du Syndicat national des travailleurs du rail, de la mer et des transports (RMT). ‘Les services de l’entreprise fournissent également des milliers d’emplois directs et indirects.’

‘Il est donc inacceptable qu’Eurostar, un service respectueux de l’environnement et qui est un phare pour l’avenir du transport ferroviaire, ne puisse pas compter sur le même soutien financier que les aéroports britanniques’, estime Mick Cash. Eurostar souligne que, sur les mêmes trajets, ses trains émettent jusqu’à 90% de gaz à effet de serre en moins que les avions.

Eurostar demandera également une révision de la redevance à payer pour l’utilisation de la liaison ferroviaire entre le tunnel sous la Manche et la capitale britannique, Londres. Au vu du Brexit, moins de personnes semblent enclines à voyager entre le Royaume-Uni et l’Europe continentale.

Conséquence: Eurostar risque de voir ses revenus diminuer. La compagnie estime donc que le coût des voyages sur le territoire britannique devrait être réduit.