En Ukraine, la guerre contre les chars russes se fait aussi à vélo

Tous les moyens sont bons pour repousser l’envahisseur. Et au 21e siècle, les dernières avancées technologiques jouent un rôle central dans les conflits armés. Outre les drones, des gadgets qui n’ont pas forcément été développés à des fins militaires peuvent malgré tout être utiles en cas de conflit armé. C’est notamment le cas des vélos électriques dont les performances et l’agilité en font des moyens de transport particulièrement efficaces dans ce cadre.

Depuis le début de la guerre, la résistance des Ukrainiens impressionne, alors que beaucoup estimaient que la capitulation du pays serait rapide, sous la pression des forcées armées russes mieux préparées au conflit. Mais trois mois plus tard, les Ukrainiens continuent de tenir tête à la Russie, et ce, grâce à leur capacité d’innovation. C’est ainsi que des appareils qui n’ont pas été pensés pour le conflit se retrouvent utilisés sur le champ de bataille.

Des avantages précieux sur le champ de bataille

Pour repousser l’ennemi, les Ukrainiens n’ont en effet pas hésité à exploiter toutes les ressources qu’ils avaient à leur disposition, dont les vélos électriques des fabricants ukrainiens Delfast et Eleek. Les deux ont confirmé que leurs vélos à assistance électrique étaient utilisés sur le terrain par les forces armées locales.

Il faut dire que ces engins – qui se rapprochent fortement de motos légères – présentent des avantages particulièrement intéressants pour le champ de bataille. Ils sont en effet plutôt légers, disposent d’une importante autonomie et d’une vitesse de pointe intéressante, mais ils sont surtout en mesure de transporter des charges lourdes.

Le Delfast Top 3.0 dispose d’une autonomie de 320 km et peut grimper jusqu’à 80km/h, alors que l’Atom Military, un modèle Eleek adopté par la Légion géorgienne qui défend l’Ukraine, peut atteindre les 90 km/h et parcourir jusqu’à 150 km. Le véhicule ne pèse que 70 kg, mais peut transporter une charge jusqu’ à 150 kg ou deux personnes.

Embarquer un système de missile antichar portable de type NLAW est tout à fait possible sur le porte-bagage du véhicule électrique Delfast, comme le montre la photo partagée par le fondateur de l’entreprise, Danylo Tonkopi.


Crédit: Daniel Tonkopi/Facebook

Outre leurs performances, les vélos électriques sont également des engins particulièrement agiles et silencieux en comparaison des blindés et autres véhicules armés. De quoi permettre des attaques furtives contre l’envahisseur, notamment les chars.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20