Emmanuel Macron : ‘Nous avons décidé d’instaurer un couvre-feu à Paris et dans 8 métropoles, de 21h00 à 6h00’

Emmanuel Macron. – EPA

Emmanuel Macron a une nouvelle fois pris la parole ce mercredi 14 octobre 2020 afin d’évoquer la situation sanitaire en France. Le président a répondu en direct aux questions des journalistes de TF1 et de France 2. De nouvelles mesures ont été annoncées pour ‘reprendre le contrôle sur la situation’. Ces règles sont d’autant plus strictes dans la région d’Île-de-France et dans 8 métropoles. Alors que le virologue Marc Van Ranst a évoqué une surenchère éventuelle des mesures entre les pays, doit-on s’attendre à ce que le Comité de concertation prenne des dispositions similaires, comme un couvre-feu pour les zones les plus touchées?

‘Nous n’avons pas perdu le contrôle, mais nous sommes dans une situation préoccupante et on ne peut rester inactifs’, a déclaré d’emblée le président. Face aux chiffres qui sont en constante évolution (pas moins de 20.000 contaminations ont été recensées en France au cours de ces dernières 24 heures) Emmanuel Macron a décidé d’instaurer de nouvelles mesures, dont un couvre-feu sur Paris et dans 8 métropoles. Le président a également annoncé d’autres ‘mesures essentielles’ à appliquer sur tout le territoire pour endiguer l’épidémie.

Le couvre-feu

  • Le président a décidé d’instaurer un couvre-feu pour ramener les chiffres actuels à 3.000-5.000 nouvelles contaminations par jour et pour désengorger les hôpitaux.
  • Le couvre-feu s’appliquera à la région d’Île-de-France et aux 8 métropoles suivantes : Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille-Provence, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne et Toulouse. 
  • Le couvre-feu sera imposé entre 21h et 6h du matin et débutera à compter de samedi prochain à minuit. Il sera d’application pour une durée de 4 semaines, voire 6 semaines ( jusqu’au 1er décembre inclus) si le Parlement l’autorise. L’objectif, selon le président, est de continuer à pouvoir ‘maintenir une vie économique tout en réduisant les aspérités’.
  • Si certaines dérogations seront possibles, le non-respect du couvre feu sera fortement réprimandé: ‘Il y aura des amendes de 135 euros (…) en cas de récidive, ce sera 1.500 euros
  • Le président a également promis des soutiens supplémentaires pour les secteurs les plus touchés par ces mesures ( bars, cafés, cinémas, restaurants, etc.)

Mesures complémentaires (pour l’ensemble du territoire)

  • Vacances et déplacements. Le président n’a pas l’intention d’interdire aux Français de se déplacer ou de se rendre à l’étranger, mais il les invite à respecter minutieusement les règles sanitaires (port du masque, respect des distances, aérer les pièces, se laver les mains, etc.).
  • Bulle de 6‘. Le président s’est inspiré du concept instauré dans plusieurs pays, comme c’est le cas en Belgique, pour imposer un cercle restreint de ‘contacts privés’. Il invite les citoyens français à se limiter à une bulle de 6 personnes.
  • Télétravail. Bien que le télétravail soit devenu la norme, le président a pris la décision de ne pas l’imposer, insistant sur le fait qu’il est important de continuer à ‘avoir une vie sociale’ et recommande ‘2 à 3 jours de télétravail par semaine’.
  • Une nouvelle app. Face à l’échec de l’application précédente (StopCovid), Emmanuel Macron a également annoncé qu’une nouvelle app de traçage verrait bientôt le jour : ‘Tous Anti-Covid’, qui sera présentée le 22 octobre.
  • Le président a également déclaré que ces mesures s’inscrivaient dans le cadre d’une stratégie à 3 piliers: tester (se faire dépister et developper les capacités de testing sur l’ensemble du territoire)-alerter (prévenir son entourage en cas de contamination)-protéger (privilégier le port du masque, limiter ses contacts privés et respecter les règles d’hygiène).
  • L’état d’urgence sanitaire rétabli à partir du 17 octobre. Le gouvernement français a rétabli mercredi par décret l’état d’urgence sanitaire, qui avait pris fin le 10 juillet. Celui-ci sera réactivé à partir du 17 octobre à minuit sur l’ensemble du territoire.

Et en Belgique?

Ces mesures, selon le virologue Marc Van Ranst, ne devraient pas être prises à la légère. D’après lui, elles pourraient même ‘constituer une sorte de bible pour le Comité de concertation de vendredi, surtout pour la partie francophone du pays’, a-t-il déclaré plus tôt dans la journée. 

Il est vrai que la situation en Belgique est à nouveau préoccupante. Les hôpitaux saturent, les établissements de Bruxelles sont même passés en phase 1B. Vendredi dernier, un record de 7.030 nouvelles contaminations a été enregistré en Belgique, comme l’attestent les chiffres de Sciensano. 

Ces nouvelles mesures auront-elles un impact sur le prochain Comité de concertation? Doit-on s’attendre à un couvre-feu dans les zones les plus touchées du pays? Verdict ce vendredi.