Du jamais vu à Wall Street: Apple dépasse le PIB de l’Espagne, 13e économie mondiale

Apple store
iSOPIX

Apple ne connait pas la crise. À l’image du ‘big five’, la firme à la pomme a établi un nouveau record sur les marchés. Des marchés qui ne voient pas passer la crise économique.

Après son record de 1.000 milliards en août 2018, Apple a franchi la barre des 1.500 milliards de dollars. Le titre dépassait encore ce matin les 352 dollars alors que le Nasdaq clôturait pour la première fois au-dessus des 10.000 points. Une telle capitalisation représente plus que le PIB de l’Espagne (1.429 milliards en 2019) et juste un peu moins que celui de la Russie (1.610 milliards en 2019).

Alors qu’Apple pourrait présenter ses nouveaux joujoux ce 22 juin lors de la WWDC 2020, c’est l’annonce probable d’un changement de technologie qui a fait basculer l’action. La fin de la collaboration avec Intel qui équipe les processeurs de ses ordinateurs au profit d’ARM qui le fait déjà sur les iPhones.

Les bourses sur un nuage

N’avait-on pas parlé de crise économique suite à la crise sanitaire? Au niveau des entreprises oui, au niveau des cotations en bourse, non. Preuve de la déconnexion de plus en plus flagrante entre les deux mondes, le Nasdaq a déjà effacé les pertes liées à la pandémie. Le S&P500 (500 grandes sociétés cotées aux États-Unis) est sur la même voie.

En fait, les très grosses entreprises échappent à la crise. Pour vous donner une idée, les ‘big five’ (Amazon, Apple, Google, Facebook et Microsoft) cumulent une valorisation record de 6.000 milliards de dollars.

Les bourses, elles, sont boostées par les réponses des banques centrales et les faibles taux d’intérêt. L’argent semble de plus en plus gratuit, mais pour combien de temps encore?