Disney souffre, mais doit son salut à sa plateforme

The Walt Disney Company

La crise du coronavirus a porté un coup à 1,4 milliard de dollars à la société Walt Disney lors des trois derniers mois. L’arrêt complet des parcs à thèmes et de ses productions en est la principale cause. La plateforme Disney+, lancée notamment en France le mois dernier, limite la casse.

Disney n’est rien d’autre que la plus grande société de divertissement au monde. Son bénéfice d’exploitation a chuté de 37% pour ce premier trimestre. Ce qui représente 2,4 milliards de pertes brutes. Les parcs à thèmes, les croisières et les studios: Disney est cloué au sol et n’échappe pas à la crise du coronavirus.

Dès janvier, la société américaine a dû fermer ses parcs à Shanghai et Hong Kong. Suivaient ensuite le Japon, puis l’Europe et enfin les États-Unis. Dans un communiqué, la société estime avoir perdu 1 milliard de dollars net en ce qui concerne uniquement ses parcs.

Le parc de Shanghai devrait toutefois rouvrir prochainement.

Disney+ à la rescousse

Même le patron de Netflix s’est dit ‘vraiment impressionné’ par l’insolente réussite de Disney+. Et comme son concurrent, le service de streaming a pu bénéficier du confinement de plus d’un tiers de la planète. Disney+ comptait 33,5 millions d’abonnés payants à la fin du mois de mars et a franchi la barre des 50 millions en avril.

La plateforme a été lancée en mars dernier en France et devrait débarquer en juillet en Belgique. Elle offre le catalogue Disney (Disney, Marvel, Star Wars…) contre 6,99 euros par mois.

Rappelons que les actions Disney ont atteint un niveau record avant la crise. En 2019, tous les records au Box Office étaient des productions Disney avec Avengers : Endgame, Frozen 2 et le Roi Lion.

De manière plus polémique, l’héritière de Disney avait fustigé le bonus de 1,5 milliard de dollars à destination des actionnaires, alors que le personnel payait le prix fort.