La descente aux enfers de SBF : jusqu’à 115 ans de prison et des milliards de dollars partis en fumée

Un mois après la faillite de FTX et les allégations de fraude, Sam Bankman-Fried a été arrêté et le chef d’accusation officiel lui a été lu. Voici ce qu’il risque, ce qu’on lui reproche, et les chiffres fous d’un empire qui s’est écroulé.

Dans l’actu : Sam Bankman-Fried, le fondateur de la plateforme d’échange de cryptos FTX, accusé de fraude, a été arrêté mardi. Peu après, le chef d’accusation officiel est tombé.

Ce qu’il risque :

  • SBF est aujourd’hui en prison aux Bahamas. A la prison de Fox Hill précisément, qui fait partie des plus déplorables du monde. Il devrait y rester jusqu’en février (au moins), lorsque son procès débutera. Sa demande de libération sous caution a été refusée. Mais il pourrait être extradé vers les États-Unis d’ici-là.
  • Selon les calculs de CNN, il risque jusque 115 ans de prison, s’il est jugé coupable pour toutes les accusations. Et cela pour les États-Unis uniquement. Genevieve Roch-Decter, gestionneuse de fonds, compare, dans un fil sur Twitter, les sentences que des personnes avec des accusations similaires ont écopées.
    • Un trait commun est que si l’accusé collabore et reconnaît sa culpabilité, sa peine peut être plus légère. Mais vu la somme de la fraude en question (10 à 20 milliards de dollars), SBF risque quand même de passer le reste de sa vie derrière les barreaux.

Ce qu’on lui reproche :

  • Le chef d’accusation porte sur huit points. Ils peuvent être regroupés en quatre catégories : fraude électronique (c’est-à-dire avoir détourné les dépôts des clients, sciemment, vers Alameda, ou encore usage de faux pour obtenir des prêts), fraude en matière de valeurs mobilières (c’est-à-dire usage de faux pour obtenir des investissements), blanchiment d’argent et violations du financement des campagnes électorales (usage d’autres noms pour cacher que c’était lui le donateur).

Les citations :

  • « C’est vraiment un détournement de fonds à l’ancienne », explique John Ray III, nommé CEO pour organiser la faillite, devant le Congrès américain mardi. « C’est juste prendre l’argent des clients, et l’utiliser pour votre propre compte. » Une fraude qui ne serait « pas sophistiquée du tout », comparée à la faillite d’Enron qu’il avait supervisé il y a vingt ans environ.
  • « Il est si difficile de comparer ces choses mais… c’est l’une des plus grandes fraudes financières de l’histoire américaine », décrit le procureur en charge, Damian Williams, lors d’une conférence de presse mardi.

Les chiffres :

  • Comme dit plus haut, entre 10 et 20 milliards de dollars auraient été volés aux clients de FTX.
  • A son apogée, FTX pesait 32 milliards de dollars ; une somme qui est partie en fumée. Même les actifs déposés, notamment des NFT, ont perdu l’entièreté de leur valeur.
  • La fortune de Sam Bankman-Fried valait 26 milliards de dollars à son plus fort. Juste avant l’effondrement, elle en valait encore 16.
  • FTX a dépensé plus de 250 millions de dollars dans l’immobilier, aux Bahamas. Il s’agit en tout de 35 logements et/ou terrains. L’État des Bahamas essaie maintenant de récupérer les biens, rapporte CNCB.
  • En tout SBF a donné environ 40 millions de dollars aux hommes et femmes politiques aux États-Unis, en vue des élections de mi-mandat. La grosse partie est allée au camp démocrate, sous son nom, mais une autre partie est aussi allée aux républicains, sous le nom d’autres personnes.
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20