Des chercheurs ont découvert le « talon d’Achille » des cancers pour freiner leur croissance

En identifiant une enzyme active dans la croissance des tumeurs, les chercheurs espèrent que de nouveaux traitements pour ralentir ou stopper la croissance des cancers verront bientôt le jour.

De nos jours, avoir un cancer n’est pas une fin en soi. Plusieurs traitements ont en effet vu le jour au cours des dernières années et de nouvelles pistes sont régulièrement étudiées pour soigner et éradiquer les cellules tumorales, dont certaines démontrent un certain talent pour muter, rendant leur traitement compliqué. Mais une avancée scientifique pourrait aider dans cette bataille contre les cancers.

Des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique ont en effet découvert une enzyme qui joue un rôle dans la croissance tumorale lorsque les niveaux d’oxygène sont faibles. Baptisée CAIX (carbonic anhydrase IX), cette protéine permet également aux cellules cancéreuses de s’adapter et de se développer de manière agressive dans un organisme.

L’identification de cette protéine représente une opportunité pour rendre les traitements contre le cancer plus efficaces Selon les chercheurs, inhiber cette enzyme permettrait en effet de ralentir voire de stopper la croissance des tumeurs. « Les cellules cancéreuses dépendent de l’enzyme CAIX pour survivre, ce qui en fait finalement leur « talon d’Achille ». En inhibant son activité, nous pouvons effectivement empêcher les cellules de se développer », explique le Dr Shoukat Dedhar, professeur à la faculté de l’UBC du département de biochimie et de biologie moléculaire de la médecine, scientifique émérite à BC Cancer et auteur principal de l’étude.

Les chercheurs ont d’ailleurs entre temps mis au point un composé (SLC-0111) qui dispose de propriétés inhibitrices. Les premiers tests sur des souris de laboratoires ont montré des résultats encourageants contre les cancers du sein, du pancréas et du cerveau, même si le traitement est loin d’être encore parfait. Le composé s’est en effet montré efficace contre certains cancers, limitant ainsi leur progression. Malheureusement, il ne se serait pas limité aux cellules cancéreuses et aurait également attaqué des cellules saines, en plus de produire des effets secondaires désagréables.  

Les scientifiques restent malgré tout optimistes. Ils espèrent que leur découverte va permettre le développement de nouveaux médicaments contre le cancer. Il faudra cependant se montrer patient avant de voir de nouveaux traitements qui inhibent l’enzyme, mais l’étude des chercheurs reste malgré tout prometteuse.  

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés