Demotte enterre une possible entente PS – N-VA: ‘Les informateurs perdent leur temps’

Rudy Demotte. Isopix

Pour Rudy Demotte, les informateurs, Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR), ‘perdent leur temps’ à essayer de rapprocher PS et N-VA, enterrant ainsi la possibilité d’une entente. Mais est-elle morte pour autant?

‘Le PS et la N-VA, ce n’est pas possible’, a ainsi résumé Rudy Demotte, ce mardi matin sur la RTBF, confirmant les propos qu’il a tenus dans Sudpresse.

Le président du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ancien préformateur, aux côtés de Geert Bourgeois (N-VA), estime qu’une entente entre les socialistes francophones et les nationalistes flamands n’est ‘pas une voie, pas une option’ et que ‘les informateurs perdent leur temps’.

Objectif arc-en-ciel

Rudy Demotte espère ainsi mettre la pression sur le duo d’informateurs Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR). Celui-ci ne désespère en effet pas de trouver un terrain d’entente entre la N-VA et les autres partis impliqués dans la formation d’un nouveau gouvernement. Cette étape est jugée inutile par le PS qui souhaite directement passer à la case arc-en-ciel, avec le CD&V en sus idéalement.

Dans Sudpresse, Rudy Demotte affirme encore que ‘le MR doit dire ce qu’il veut. Le PS l’a déjà dit clairement. Si le but est de nous faire porter l’échec d’une formule avec la N-VA, le PS ne se laissera pas faire’.

‘Une partie d’échec’

Pour Pierre Vercauteren, politologue et professeur à l’UCLouvain Mons, il n’est pas sûr que le ton catégorique de Rudy Demotte signifie que la porte soit fermée à 100%.

‘On est plutôt dans une partie d’échec entre PS et N-VA’, estime-t-il sur le site de La Libre. ‘Les socialistes se positionnent face aux nationalistes flamands en leur laissant deux voies possibles. Soit cette pression constitue un poids dans les négociations entre les deux partis, soit elle pourrait pousser la N-VA à fermer elle-même définitivement la porte, lui faisant porter le chapeau de l’échec.’

Pierre Vercauteren avance encore que le PS tente ainsi de tirer profit des hésitations qui tiraillent les partis flamands. ‘La position des socialistes francophones n’aide pas ces derniers (…) Pour le CD&V ou l’Open VLD, ce n’est pas une situation facile car prendre ses distances avec la N-VA et entrer dans un gouvernement sans eux, c’est prendre le risque d’être sanctionné lors des prochaines élections.’

De nombreuses divergences

Cette sortie musclée de Rudy Demotte coïncide avec la fuite dans la presse de la note de préformation qu’il a rédigée de concert avec Geert Bourgeois (N-VA) début novembre. Ce document fait notamment état des nombreuses divergences entre le PS et la N-VA.

‘Les points de vue des partis demeurent trop éloignés les uns des autres pour envisager une phase de formation’, peut-on lire dans cette note dévoilée par la RTBF et reprise par Le Soir. ‘En particulier, les divergences de fond entre le PS et la N-VA sont telles qu’il n’est pas possible de passer à une phase ultérieure impliquant ces deux partis. Nous considérons notre mission comme achevée.’

Le budget, l’emploi, les pensions, la migration, le climat, les réformes institutionnelles, entre autres, sont autant de points qui séparaient le PS et la N-VA en novembre. Depuis lors, certaines lignes ont bougé, comme le retour de l’âge de la pension à 65 ans qui ne figurait plus dans la récente note Magnette… Mais certainement pas au point de permettre un rapprochement.

Source: BusinessAM
Lire plus
Marchés