Déconfinement: la zone euro enregistre sa plus forte croissance de l’activité privée depuis 2 ans

Autobouwers kunnen niet thuiswerken. – Stefan Boness/Ipon/SIPA

En juillet, l’activité économique dans la zone euro dans le secteur privé a progressé pour la première fois en cinq mois.

Une enquête mensuelle menée par l’agence de recherche IHS Markit, révèle que les entreprises sont satisfaites des mesures d’assouplissement liées au déconfinement. Mais cette croissance va-t-elle continuer? 

‘Les entreprises annoncent un début de troisième trimestre prometteur, maintenant que l’économie est relancée’, explique l’agence dans un communiqué de presse. La demande augmente à nouveau, et des emplois sont créés. 

Le célèbre indicateur PMI est passé de 48,5 points à 54,8 points, alors qu’un chiffre supérieur à 50 indique une augmentation de la production. Des chiffres qui vont bien au-delà des projections des économistes, qui  avaient tablé sur 51 points. Il y a un mois, l’indicateur était déjà revenu de son point le plus bas jamais atteint en avril: 13,6 points.

IHS Market estime que les chiffres pourraient encore évoluer mais le bureau de recherche reste néanmoins prudent. Tout dépend de la manière dont la situation sanitaire va évoluer dans les prochaines semaines. 

Le nombre de licenciements toujours alarmant

‘Le nombre de licenciements reste alarmant et de nombreuses entreprises affirment que la demande actuelle n’est pas encore suffisante pour soutenir ce rythme’, déclare l’agence. Il y aura peut-être un peu moins de suppressions d’emplois prochainement qu’au cours des quatre derniers mois, mais les chiffres n’ont jamais été aussi élevés que depuis le début de l’année 2013.

De nombreuses entreprises essaient encore en effet de redresser la barre suite à cette longue période de confinement. En Belgique aussi, les entrepreneurs reprennent confiance. Néanmoins, le baromètre économique mensuel de la Banque Nationale est encore bas. Le baromètre de confiance se situe à -13,9, soit une amélioration de 9 points par rapport à juin (-22,9). L’impact le plus important s’est ressenti e avril (-36,1) et en mai (-34,9), des chiffres interpellants lorsqu’on sait que ce baromètre se chiffrait à -2 en janvier dernier.