Comment l’innovation ukrainienne met la machine de guerre russe à genoux

Tout comme David a habilement utilisé sa fronde et sa pierre pour vaincre le géant Goliath, l’Ukraine s’appuie sur les outils de combat du futur pour faire la différence sur le champ de bataille.

Pourquoi est-ce important ?

Les Ukrainiens ont beau disposer d'une force de combat bien inférieure à celle de la Russie, ils en font un usage idéal. Complétés par des armes occidentales modernes, ils ont déjà réussi à remporter quelques victoires symboliques, mais leurs propres troupes et leur industrie font également leur part du travail. En particulier sur le plan technologique, elle a des kilomètres d'avance sur les Russes.

L’ingéniosité ukrainienne s’est manifestée très tôt dans le conflit. Par exemple, les citoyens ukrainiens vivant dans un territoire occupé par la Russie ont utilisé l’application Diia. Cette application avait été développée par le ministère de l’avenir numérique pour assurer le suivi des documents numériques, tels que les passeports ou les permis de conduire. Pendant la guerre, il a également permis aux civils de télécharger les positions des troupes ennemies.

En outre, les services de renseignement ukrainiens ont développé un chatbot sur l’application de chat Telegram appelé « Stop Russian War ». Les citoyens pouvaient ainsi transmettre rapidement des informations sur les troupes russes, complétées par une capture d’écran de Google Maps, tenant ainsi les soldats eux-mêmes informés. Une équipe de professionnels de l’informatique a été chargée de filtrer les messages envoyés et de transmettre les éléments utiles aux chefs de l’armée.

Aerorozvidka

D’ailleurs, le conflit en Ukraine est la première guerre où l’utilisation de drones est aussi omniprésente. L’armée ukrainienne ne s’appuie pas uniquement sur des drones de grande taille, tels que le Bayraktar TB2, pour cibler les positions russes. Un drone commercial, équipé de quelques grenades, suffit également.

Ce n’est absolument pas un hasard si l’Ukraine utilise des drones : en 2014, Natan Khazin, l’un des fondateurs du bataillon Azov, a mûri l’idée de fournir à l’armée ukrainienne des équipements technologiques modernes. Un de ses amis tournait de simples vidéos avec un drone commercial de la société chinoise DJI, après quoi une ampoule s’est allumée chez Khazin.

Il a fondé Aerorozvidka, traduit par « reconnaissance aérienne », un groupe composé de professionnels de l’informatique et de passionnés de drones. Cette organisation était spécialisée dans la reconnaissance du territoire ennemi, mais a ensuite utilisé des drones armés pour prendre les positions ennemies sous le feu.

L’unité de drones était composée uniquement de volontaires, mais elle a rapidement commencé à travailler en étroite collaboration avec les différentes branches de l’armée ukrainienne. Un an après le lancement d’Aerorozvidka, plusieurs membres ont postulé auprès de l’armée pour faire partie d’une unité de renseignement par drone nouvellement créée.

En 2020, l’état-major de l’armée a décidé de liquider l’unité. Un peu moins d’un an plus tard, les forces armées ont été profondément réformées, et une nouvelle unité de drones a été créée, qui vole depuis lors avec des drones de sa propre fabrication. Pendant le conflit actuel, l’unité est tout à fait en retrait. Par exemple, ce sont les opérateurs de drones d’Aerorozvidka qui ont réussi à arrêter le convoi de 60 kilomètres de véhicules de l’armée russe qui avançait vers Kiev au début de la guerre.

Delta

Les merveilles technologiques de l’Ukraine ne sont pas seulement visibles dans une unité de drones. Plus haut dans le ciel, on trouve également des équipements que les Ukrainiens utilisent pour rendre la vie difficile aux Russes. En effet, une équipe d’experts en informatique a mis au point son propre logiciel satellite, appelé Delta, qui permet à l’Ukraine de voir et de cartographier facilement les positions des troupes, des pièces d’artillerie ou des chars russes. L’un d’eux utilise Starlink, le réseau de satellites de SpaceX, pour transmettre les informations aux militaires en temps réel et fournir des mises à jour en cas de changement de position.

Selon Vitalii, l’un des informaticiens qui dirige une unité Delta, la structure horizontale de l’armée ukrainienne en particulier permet de battre plus facilement les Russes. « Nous gagnons parce que les Ukrainiens sont des communicateurs horizontaux naturels », a-t-il déclaré au Guardian. Dans l’armée russe, par contre, la hiérarchie est très importante, ce qui peut présenter de nombreux inconvénients pour les opérations rapides sur le terrain.

En outre, l’OSINT, Open Source Intelligence, est également utilisé pour trouver les soldats russes sur le terrain. Des équipes d’experts ukrainiens en OSINT utilisent les médias sociaux pour trouver des images de troupes ou d’équipements russes, et utilisent l’imagerie satellite pour tenter d’établir un lien avec une localisation. Les coordonnées sont ensuite transmises aux forces d’artillerie.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20