Comment les puces électroniques pourraient déclencher une guerre entre les États-Unis et la Chine

Un scénario de guerre du Center for a New American Security illustre à quel point le monde est dépendant des puces informatiques taïwanaises – et comment cette dépendance pourrait entraîner les États-Unis et la Chine dans différents types de conflits.

Le scénario de guerre imaginé par un groupe de réflexion de Washington commence par une panne soudaine chez trois fabricants taïwanais de semi-conducteurs qui produisent des puces informatiques de haute qualité utilisées, entre autres, dans les smartphones, les voitures et les équipements militaires. L’arrêt de la production soulève la question de savoir si une cyberattaque de Pékin est responsable – et elle déclenche une crise internationale entre la Chine et les États-Unis. Selon les chercheurs, cela pourrait paralyser l’économie mondiale et conduire à une confrontation militaire.

Elle intervient à un moment où le Congrès américain a relancé les projets de loi visant à augmenter la production de semi-conducteurs aux États-Unis. La diversification de la chaîne d’approvisionnement mondiale en puces informatiques est de toute façon une recommandation clé du rapport. « Aujourd’hui, nous produisons à peine 10 % des puces d’ordinateur, alors que nous sommes le leader en matière de conception et de recherche sur les puces », a déclaré le président Biden la semaine dernière. « Et nous n’avons pas la capacité de fabriquer les puces les plus avancées – pour l’instant. Aujourd’hui, 75 % de la production a lieu en Asie de l’Est. Quatre-vingt-dix pour cent des puces les plus avancées sont fabriquées à Taïwan. La Chine fait tout ce qu’elle peut pour s’emparer du marché mondial afin d’essayer de surpasser le reste d’entre nous – y compris sur le plan militaire. »

Les États-Unis sont devenus plus dépendants des micropuces haut de gamme de Taïwan que du pétrole du Moyen-Orient

Mais même si le Congrès approuve de nouveaux investissements publics dans la capacité de production de microprocesseurs des États-Unis, il faudra des années pour égaler l’expertise taïwanaise, si tant est que cela soit possible, affirment les auteurs du rapport. Selon eux, les États-Unis sont devenus plus dépendants des micropuces de haute qualité de Taïwan que du pétrole du Moyen-Orient au cours des dernières décennies.

Selon le scénario de guerre, la Chine pourrait recourir à la coercition économique, aux cyber-opérations et à d’autres tactiques pour tenter de s’emparer de l’industrie taïwanaise des semi-conducteurs ou de lui nuire – et les États-Unis doivent devenir meilleurs pour identifier et contrer les tactiques chinoises.

Taïwan s’est appuyé sur sa domination de l’industrie des microprocesseurs pour assurer sa défense. La théorie du « bouclier de silicium » part du principe qu’en raison de l’importance de l’industrie des semi-conducteurs pour l’industrie manufacturière chinoise et l’économie de consommation américaine, les actions qui menacent les usines de puces seraient trop risquées. Martijn Rasser, co-auteur de l’étude et ancien analyste de la C.I.A., estime qu’il est crucial pour la communauté internationale de convaincre Taïwan d’internationaliser sa stratégie de bouclier de silicone.

Taïwan et ses semi-conducteurs sont bien plus importants pour l’économie américaine que l’Ukraine

L’administration Biden a clairement indiqué que dans le cas de l’Ukraine, bien que les États-Unis puniraient économiquement la Russie pour toute invasion, ils ne déploieraient pas de troupes pour combattre aux côtés de Kiev afin d’empêcher l’intervention de Moscou. On peut également se demander si Washington interviendrait militairement dans un conflit concernant Taïwan. Mais Taïwan et ses semi-conducteurs sont beaucoup plus importants pour l’économie américaine que l’Ukraine – ce qui signifie qu’il serait très probablement beaucoup plus difficile pour les États-Unis de rester en dehors d’un conflit avec Taïwan.

Taïwan représente la moitié de la production totale de micropuces, lesquelles sont essentielles au fonctionnement des téléphones mobiles, de l’électronique grand public, des voitures, des équipements militaires, etc. La Corée du Sud, son concurrent le plus proche, détient environ 17 % du marché total. Mais les puces taïwanaises sont les plus petites et les plus rapides, et ses usines de puces produisent 92 % des semi-conducteurs les plus avancés.

Il est presque impossible de dupliquer la capacité de production taïwanaise de puces haut de gamme ou bas de gamme. C’est tout simplement le centre manufacturier du monde. Bien que les États-Unis et l’Europe tentent de stimuler leur propre conception et fabrication de semi-conducteurs, ils ne disposent pas des capacités nécessaires pour produire en masse les conceptions les plus avancées que la Taiwan Semiconductor Manufacturing Company, ou TSMC, peut réaliser.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20