Comment la guerre en Ukraine pourrait rapidement dégénérer en une crise nucléaire

Les Russes sont peut-être sur le point de vaincre les Ukrainiens, et ils n’ont pas besoin d’armes nucléaires pour le faire. Et bien que Vladimir Poutine soit déséquilibré et imprudent, rien n’indique pour l’instant qu’il cherche la guerre avec les États-Unis ou l’OTAN. Néanmoins, il existe plusieurs voies menant à une dangereuse confrontation nucléaire qui pourrait placer Moscou et Washington dans une situation que ni l’un ni l’autre n’attend ni ne souhaite.

L’invasion russe de l’Ukraine n’est pas une crise nucléaire. Pas encore. Cependant, les préoccupations concernant le rôle que pourraient jouer les armes nucléaires sont appropriées maintenant qu’un dictateur paranoïaque a plongé la Russie dans une guerre majeure au milieu de l’Europe, attaquant un pays qui partage une frontière avec quatre des alliés des États-Unis dans le cadre de l’OTAN. Une crise nucléaire est peu probable, mais pas impossible.

Le déclencheur le moins probable d’une crise nucléaire serait que des troupes russes menacent directement et délibérément le territoire de l’OTAN. L’ensemble de l’Alliance atlantique, y compris les États-Unis et leur arsenal nucléaire, devrait aider les nations en danger.

C’est un scénario catastrophe qui ne pourrait se réaliser que si Poutine était saisi d’une folie encore plus grande que celle qui l’a poussé à la guerre en Ukraine. Si Poutine décidait, par exemple, que la prochaine étape de sa grande croisade devait être la reconquête des États baltes ou l’expulsion des troupes de l’OTAN de Pologne, il déclarerait effectivement la troisième guerre mondiale et plongerait le monde entier dans l’abîme. Rien ne prouve que Poutine ait l’intention de s’engager dans cette voie, mais ça a déjà été évoqué, notamment par le président américain Joe Biden.

Les accidents sont inévitables

Une possibilité beaucoup plus probable serait une crise nucléaire résultant d’un accident. La guerre est toujours une entreprise risquée et imprévisible, même lorsqu’un camp est beaucoup plus fort que l’autre. Les hommes et leurs machines font des erreurs, parfois lourdes de conséquences.

En 2015, la Turquie, pays de l’OTAN, a abattu un avion russe qui s’était égaré au-dessus de la frontière turque. Il y a deux ans, pendant la crise entre l’Iran et les États-Unis après que les troupes américaines ont tué Qassem Soleimani, les Iraniens ont abattu un avion commercial (ukrainien) dans leur propre pays. Et n’oublions pas que les troupes russes qui participent désormais à l’offensive appartiennent à la même armée qui, en 2014, a réussi à abattre par erreur le vol 17 de la Malaysia Airlines (alias MH17), en route de l’aéroport de Schiphol vers Kuala Lumpur, avec un missile anti-aérien. À bord se trouvaient 298 personnes, dont quatre Belges.

Les possibilités de telles erreurs sont innombrables dans le chaos qui envahit actuellement l’Ukraine. Les Russes peuvent abattre des avions de l’OTAN après les avoir mal identifiés. Ou ils peuvent croire à tort que des avions russes ont été attaqués par des troupes de l’OTAN. Ils peuvent se tromper, ce qui s’est produit immédiatement le premier jour de l’invasion : un navire marchand turc naviguant en mer Noire, à 80 km au sud-ouest d’Odessa, a été touché par un missile russe. Heureusement, il n’y a pas eu de victimes. Mais cela a prouvé que les accidents sont une partie inévitable de la guerre.

Pour une meilleure préparation nucléaire ?

Des accidents qui pourraient amener les Russes, ou les États-Unis, ou les deux, à relever le niveau d’alerte de leurs arsenaux nucléaires. Cela signifie que les armes nucléaires – dans une première étape de préparation accrue – pourraient être lancées en 15 ou 20 minutes. Un tel passage à un état d’alerte élevé est rare, et ce pour une bonne raison : il nous rapproche d’un conflit nucléaire.

Enfin, il existe la possibilité effrayante que Poutine, pour ses propres raisons, relève le niveau d’alerte de ses forces nucléaires, ne laissant aux Américains d’autre choix que de relever le leur.

L’invasion de l’Ukraine a été précédée par les exercices russes Grom (signifiant « tonnerre ») organisés par les forces nucléaires stratégiques de la Russie. Le moment choisi n’est pas une coïncidence ; M. Poutine compte sur la dissuasion nucléaire de la Russie comme l’une de ses dernières revendications au statut de superpuissance, et il pourrait déclarer un état d’alerte élevé s’il pense que la Russie se porte mal.
Poutine n’a peut-être pas besoin de beaucoup

Peut-être si, par exemple, les troupes russes subissent plus de pertes que Poutine ne l’avait prévu et qu’il veut en faire porter la responsabilité à l’Occident plutôt que d’admettre l’incompétence ou les erreurs de ses propres commandants. Ou peut-être est-il assez paranoïaque pour croire que les États-Unis et l’OTAN prévoient d’envoyer des troupes pour aider les Ukrainiens. Ou bien il peut simplement décider d’atteindre un tel niveau de préparation uniquement pour montrer les dents s’il pense que cela pourrait mettre fin à la fourniture d’armes et d’aide à l’Ukraine.

En 1973, lorsque l’Union soviétique a menacé d’envoyer des troupes à la guerre du Kippour pour sauver les forces égyptiennes de la destruction aux mains des Israéliens, les États-Unis ont relevé leur niveau de préparation nucléaire afin de signaler la détermination américaine à empêcher l’intervention soviétique.

Si les derniers jours nous ont montré quelque chose, c’est que Poutine est imprévisible et irrationnel. Ce qui est inquiétant, c’est qu’il a déjà commencé à créer un récit pour convaincre les Russes que l’Ukraine et l’Occident menacent la Russie avec des armes nucléaires. Et que Moscou est en danger.

« En termes d’affaires militaires, même après la dissolution de l’URSS et la perte d’une partie importante de ses capacités, la Russie d’aujourd’hui reste l’un des États nucléaires les plus puissants« , a déclaré Poutine dans son discours de pré-invasion jeudi. « Dans ce contexte, personne ne devrait avoir le moindre doute sur le fait qu’un agresseur potentiel subira une défaite et des conséquences inquiétantes s’il attaque directement notre pays. » Il y a longtemps qu’un dirigeant mondial n’avait pas brandi aussi ouvertement la menace d’utiliser des armes nucléaires.

« L’Ukraine envisage de fabriquer ses propres armes nucléaires »

Dans son discours bizarre de lundi, il a lancé une théorie du complot selon laquelle l’Ukraine et les États-Unis prévoient secrètement de ramener des armes nucléaires dans le pays. « L’Ukraine prévoit de fabriquer ses propres armes nucléaires », a-t-il déclaré. Il a ensuite laissé entendre que les États-Unis convertissent leurs défenses antimissiles en armes offensives et qu’ils ont l’intention de placer des armes nucléaires sur le territoire ukrainien.

L’Ukraine a renoncé à un énorme arsenal d’armes nucléaires hérité de l’Union soviétique au début des années 1990 et a utilisé le combustible de ses ogives mixtes pour alimenter ses centrales nucléaires. Aujourd’hui, l’Ukraine ne dispose même pas de l’infrastructure de base pour produire du combustible nucléaire.

De leur côté, les responsables américains ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils n’avaient pas l’intention de placer des armes nucléaires dans le pays – et qu’ils ne l’ont jamais fait, d’autant plus que l’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN. Mais cela n’a pas empêché Poutine de monter un dossier hypothétique selon lequel Moscou est en danger à cause d’armes qui ne sont pas là.

« Si l’Ukraine acquiert des armes de destruction massive, la situation dans le monde et en Europe changera radicalement, surtout pour nous, pour la Russie », a-t-il déclaré mardi. « Nous n’avons pas d’autre choix que de réagir à ce danger réel, d’autant plus que, je le répète, les mécènes occidentaux de l’Ukraine peuvent l’aider à acquérir ces armes atomiques pour créer une nouvelle menace pour notre pays. »

« Ils ont une large compétence nucléaire issue de l’ère soviétique, une industrie nucléaire développée, ils ont des écoles, tout ce dont ils ont besoin pour agir rapidement. Ils n’ont pas encore de programme d’enrichissement de l’uranium. Mais c’est une question technique. Pour l’Ukraine, ce n’est pas un problème insoluble », a déclaré M. Poutine.

D’autres pays ont en effet résolu ce problème, notamment le Pakistan, la Corée du Nord, l’Iran, Israël et l’Inde. Mais c’est un processus long et extrêmement complexe. L’Iran s’y emploie depuis deux décennies et ne possède toujours pas d’arme nucléaire, selon les évaluations des services de renseignement occidentaux.

Il est imprudent de prétendre que les armes n’existent pas

Poutine a également exigé que les Américains retirent toutes leurs armes nucléaires d’Europe – et certainement des pays de l’ancien bloc soviétique qui ont rejoint l’OTAN. Il a affirmé qu’un système antimissile placé en Pologne et en Roumanie pourrait être secrètement converti en un système offensif qui menacerait la Russie. Il n’a fait aucune mention d’une offre des États-Unis de négocier un nouvel accord de contrôle des armes nucléaires.

Dans un scénario d’escalade du niveau d’alerte nucléaire, chaque partie surveille intensément l’autre pour détecter les signes d’une attaque imminente. Toutes les erreurs militaires, les oublis et les mauvais calculs qui ont déjà lieu en Ukraine deviendront des dangers existentiels jusqu’à ce que la crise – qui, à ce moment-là, concernera les États-Unis et la Russie, plutôt que l’Ukraine – soit résolue d’une manière ou d’une autre.

C’est peut-être se faire peur inutilement que de passer trop de temps à penser aux risques d’une confrontation nucléaire. Mais il est imprudent de prétendre que les armes n’existent pas du tout. Les armes nucléaires ont contribué à maintenir la paix pendant la première guerre froide. Malheureusement, nous devons espérer qu’ils le feront à nouveau dans cette nouvelle, seconde guerre froide, qui semble avoir été déclarée cette semaine par le président russe.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20