Comment, ironiquement, l’inflation fait aussi baisser les prix de certains produits

L’inflation élevée de ces derniers mois érode notre pouvoir d’achat. Mais tout n’est pas sombre pour autant. L’inflation accrue fait ironiquement baisser les prix de certains produits.

Mardi, tous les regards étaient tournés vers la chaîne d’hypermarchés américaine Target. Pour la deuxième fois en trois semaines seulement, ce groupe a dû revoir à la baisse ses prévisions de bénéfices. Target avait déjà exprimé ses inquiétudes quant à l’augmentation des coûts, mais maintenant la chaîne doit également faire face à des stocks accumulés.

Avec la montée en flèche de l’inflation, les consommateurs surveillent de plus près leur budget. Par conséquent, ils achètent moins d’appareils électroniques et électroménagers. Target voit ses stocks augmenter sensiblement. Pour se débarrasser de ce surplus, la chaîne réduit ses prix. « Cela exerce une pression supplémentaire sur les marges », a-t-il déclaré mardi. D’autres chaînes américaines sont également aux prises avec des problèmes similaires. Wallmart, par exemple, a récemment déclaré qu’il lui faudrait quelques trimestres pour se débarrasser de ses stocks excédentaires.

Et en Belgique ?

Si nous examinons le dernier chiffre de l’inflation dans notre pays, nous constatons également que les prix de l’électronique sont en baisse. Le prix des équipements de télévision a baissé de 13,9 % le mois dernier par rapport à l’année précédente. Un smartphone est devenu 8,2 % moins cher.

En Belgique, l’inflation a un effet secondaire : les magasins lancent davantage de promotions afin de réduire les prix. Les chiffres de NielsenIQ, publiés au début du mois par le magazine Gondola, montrent qu’au cours des quatre premiers mois de cette année, les supermarchés ont réalisé 19,2 % de leur chiffre d’affaires grâce aux promotions. L’année dernière, ce chiffre s’élevait à 18,9 %.

« Les prix en rayon sont de plus en plus élevés et ils veulent faire baisser ces niveaux en utilisant des promotions. En soi, il est un peu étrange que cela se produise à un moment où les prix des matières premières et de l’énergie ont augmenté si fortement, mais maintenant que le pouvoir d’achat est sous pression, les supermarchés veulent continuer à attirer les clients », explique Silvie Vanhout de l’Académie des gondoles.

Elle a ajouté que de cette manière, les supermarchés veulent aussi faire quelque chose pour remédier à la baisse des chiffres de vente après la pandémie. « Nous sortons à nouveau davantage au restaurant, nous reprenons le travail au bureau… Cela signifie que nos dépenses dans les supermarchés diminuent, mais qu’elles restent globalement plus élevées qu’en 2019 », a-t-elle déclaré. Les promotions ont également été nettement moins nombreuses pendant la pandémie du coronavirus: 16,4 % des ventes en 2020 provenaient de rabais.

Non sans danger

Luc Ardies de Buurtsuper.be, l’organisation UNIZO des supermarchés et des magasins spécialisés, a récemment averti que les prix des supermarchés belges sont trop bas en raison, entre autres, de ces promotions. « Les prix dans les supermarchés belges n’ont augmenté que de 1,8 % cette année, alors qu’ils ont augmenté de 6 % en France », a déclaré M. Ardies.

L’organisation a calculé que la marge commerciale des supermarchés indépendants a chuté de 3,3 % en six ans en raison de la pression exercée par les promotions et les prix, tandis que les coûts énergétiques ont triplé. « Les supermarchés et autres entreprises alimentaires ont besoin de marges supplémentaires, aujourd’hui plus que jamais. Non seulement les coûts énergétiques actuels doivent être payés, mais il est également urgent d’investir dans la production d’énergies alternatives et durables, car, même après la guerre en Ukraine, les combustibles fossiles resteront inabordables », a-t-il déclaré.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20