Combien de temps l’armée russe tiendra-t-elle ?

Après quatre mois de guerre en Ukraine, les deux pays sont dans une impasse apparente. Dans le Donbas, la Russie a conquis quelques hectares de terrain dans et autour de Severodonetsk et de Lysychansk, dans la région de Kherson, mais cela a été réduit à néant par l’avancée de l’armée ukrainienne. Cependant, cette guerre d’usure est particulièrement mauvaise pour les Russes : les pertes de ce côté du front sont élevées.

La République populaire de Donetsk, l’un des États indépendants autoproclamés du Donbas ukrainien, a donné quelques chiffres sur le conflit en Ukraine la semaine dernière : plus de 2.100 soldats de Donetsk sont morts, tandis que près de 9.000 autres ont été blessés. Le ministère de la Défense du Royaume-Uni, qui s’appuie sur les informations des services de renseignement britanniques, affirme que pas moins de 55 % des troupes de Donetsk sont ainsi « incapables ». La raison invoquée est la vétusté des armes et des équipements des soldats, qui sont souvent envoyés au front sans aucune expérience ni formation.

Les volontaires russes

Mais du côté russe aussi, la situation est dramatique. Cependant, personne ne sait exactement à quel point : le Kremlin ne semble pas vouloir communiquer de chiffres officiels dans un avenir proche. En mars, c’était le cas, et le nombre de morts était alors estimé à 1.351.

On se demande sérieusement si ce chiffre est vraiment si bas. En avril, les Britanniques estiment que les pertes russes s’élèvent à 15.000 personnes, soit plus que le nombre de soldats soviétiques tués au cours des neuf années de guerre en Afghanistan. En plus des morts, plus de 40.000 soldats auraient été blessés.

La Russie souffre d’une pénurie manifeste de vrais soldats : la BBC a rapporté précédemment que la majorité des combattants russes sont des volontaires ou viennent de la Garde nationale et des troupes de mercenaires ; le nombre de soldats réguliers diminue chaque jour. Dans la bataille autour de l’aérodrome d’Hostomel, où se trouvait entre autres l’Antonov An-225, des soldats du VDV russe, les parachutistes, sont morts. Ils appartiennent à l’élite de l’armée et sont donc difficiles à remplacer. Il n’y a tout simplement pas de temps ni d’argent pour les années de formations nécessaires.

On peut donc se demander si la Russie peut tenir le coup encore longtemps. La petite armée ukrainienne dispose déjà de fusils et d’équipements militaires de bien meilleure qualité grâce aux livraisons d’armes. Maintenant que de plus en plus de pays occidentaux envoient des chars lourds, des véhicules blindés et des pièces d’artillerie à l’est, les chances de la Russie semblent s’amenuiser encore davantage.

Dans la recherche désespérée de soldats supplémentaires, « l’expérience militaire » est en queue de liste des exigences de l’armée russe. L’Institut pour l’étude de la guerre, qui suit de près la situation en Ukraine, écrit que l’armée russe abaisse ses critères en termes d’âge, de santé et même de casier judiciaire. La BBC a également rapporté que le ministère russe de la Défense est prêt à rembourser les prêts et les dettes des civils si, en échange, ils combattent au front.

Mais la situation n’est évidemment pas rose non plus pour l’Ukraine : chaque jour, 100 Ukrainiens mourraient au combat et 300 combattants seraient blessés. « Des deux côtés, il semble que la capacité à appeler et à déployer rapidement des unités de réserve devienne cruciale dans cette bataille », a déclaré le ministère britannique de la Défense, cité par USNews.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20