Cette équipe féminine de football vient de remporter le championnat de ligue masculine

En Espagne, une équipe féminine de football vient de remporter le championnat d’une ligue junior dans la division régionale masculine. En 2014, après avoir dominé une nouvelle saison dans la division féminine, l’AEM Lleida a inscrit une de ses équipes de football féminin dans la ligue masculine car les dirigeants considéraient que la concurrence n’était pas assez forte. Le grand jour est arrivé le mois dernier. Au bout de trois saisons dans cette ligue pour les moins de 14 ans, l’AEM Lleida a finalement raflé le titre avec 19 victoires, 2 nuls et un match perdu.En Espagne, le football féminin est relégué au rang d’évènement sportif secondaire et ce, malgré une participation de l’équipe féminine nationale lors de la Coupe du Monde de football féminin en 2015. La principale ligue féminine d’Espagne a signé son premier accord majeur de sponsoring l’été dernier, soit 30 ans après les débuts de la ligue football féminin. L’une des meilleures équipes nationales, le Real Madrid, n’a même pas d’équipe féminine.L’AEM a profité d’une règle de la Fédération espagnole de football qui permet aux clubs de jouer avec des joueurs de n’importe quel sexe – y compris avec des équipes mixtes de garçons et de filles – pour les compétitions juniors jusqu’à l’âge de 14 ans.

Les commentaires machistes viennent des mères des garçons

Les premiers pas de l’AEM Lleida dans la division masculine n’ont pas été faciles. Lors de la première saison, les jeunes footballeuses ont terminé 12e sur 18. Au fil des mois, les performances de l’équipe se sont améliorées et les jeunes filles ont commencé à battre les formations masculines plus régulièrement. Cependant, ces progrès ont suscité des réactions hostiles.« C’était plus un problème pour les parents que pour les garçons », explique José María Salmerón, le directeur général du club, se référant aux commentaires dirigés à l’encontre de son équipe durant les matchs.« C’est étonnant car la plupart des commentaires et des insultes machistes sortaient de la bouche des mères des garçons contre qui nous jouions. »