Cet homme a gagné plus de 2 millions d’euros en vendant des vaccins… à base d’eau minérale

Foto: Alex Rosemberg/dpa

Depuis plusieurs mois, la vente de faux vaccins contre le Covid-19 est un nouveau moyen pour les criminels d’empocher de grosses sommes d’argent. La Chine fait tout ce qu’elle peut pour endiguer le phénomène. Elle a annoncé l’arrestation d’un des leaders du trafic.

Depuis la fin de l’année dernière, la Chine a annoncé avoir arrêté une septantaine d’escrocs actifs dans la vente de faux vaccins contre le Covid-19. Des arrestations qui ont permis de mettre fin aux pratique d’une vingtaine de réseaux. Cette semaine, les autorités ont indiqué avoir mis la main sur un gros poisson: un dénommé Kong.

Des « sosies » des vrais vaccins

Kong avait étudié de près la composition des emballages des vrais vaccins contre le Covid-19. Une fois ses contrefaçons produites, il y plaçait des seringues contenant des faux vaccins, composés d’eau minérale ou de solution saline.

Kong avait commencé son trafic au mois d’août dernier. Au total, ses acolytes et lui ont réussi à produire et à écouler 58.000 doses de faux vaccins contre le Covid-19. Ce qui leur ont rapporté environ 18 millions de yuans, soit 2,3 millions d’euros.

Si des vaccins à l’eau semblent être une arnaque grotesque, le système était en réalité très bien ficelé. D’après les autorités chinoises, le réseau de Kong avait monté un stratagème convaincant. Ils étaient parvenus à faire croire à certains acheteurs crédules qu’ils avaient obtenu leurs doses via les ‘canaux internes’ de véritables fabricants de vaccins. Visiblement, les emballages étaient si réalistes que les enquêteurs chinois ont dû demander aux producteurs de vrais vaccins qu’ils leur confirment qu’il ne s’agissait pas de leurs produits, indique le Global Times.

La plupart de ces faux vaccins ont été écoulés en Chine, mais quelques centaines ont été envoyées à l’étranger. Les autorités chinoises n’ont pas dévoilé le ou les pays en question.

Arnaques en pagaille

D’autres réseaux que celui de Kong ont quant à eux procédé eux-mêmes à de fausses campagnes de vaccination. Ils ont recruté des médecins de village pour qu’ils inoculent ces fausses doses au domicile de certains villageois ou dans leur voiture.

Ces nombreuses arrestations sont le résultat d’une campagne spéciale lancée par le ministère chinois de la Sécurité publique pour lutter contre la production et la vente illégales de vaccins contrefaits, la contrebande, la vaccination illégale et d’autres crimes liés aux vaccins. La plus haute instance juridique de Chine, le Parquet populaire suprême, a exhorté les agences régionales à coopérer avec la police pour mettre un frein à ces activités.