Ces pays seront les moteurs de la croissance mondiale en 2024

(Source: EPA)

Le regain des tensions et de l’incertitude sur la scène internationale devrait entraîner un tassement de la croissance mondiale au cours des cinq prochaines années et rebattre quelques cartes.

La croissance mondiale n’a pas dépassé les 3% en 2019, un plus bas depuis la crise financière. Et cette faiblesse généralisée devrait impacter 90% des économies de la planète, si l’on en croit les projections du Fonds Monétaire International (FMI), relayées par Bloomberg.

La croissance chinoise devrait poursuivre son ralentissement au cours des cinq prochaines années, confirment les prévisions du FMI. Par conséquent, la contribution de la Chine à la croissance mondiale devrait baisser, passant de 32,7% en 2018-2019 à 28,3% en 2024.

Les États-Unis continueront à assurer une part significative de la croissance mondiale (9,2% en 2024 contre 13,8% aujourd’hui), mais moins que l’Inde, qui en deviendra le deuxième contributeur. La part de l’économie indienne devrait en effet atteindre 15,5% de la croissance mondiale dans cinq ans.

Viendra ensuite, en quatrième position, l’Indonésie, dont la croissance de l’économie devrait participer à hauteur de 3,7% du total mondial en 2024, contre 3,9% en 2019.

La Russie, dont la part devrait se maintenir à 2% de la croissance mondiale, devrait compléter le top 5, en lieu et place du Japon qui devrait chuter à la 9e place.

L’effet Brexit

Le Brésil devrait, lui, effectuer le chemin inverse et passer de la 11e à 6e place dans les cinq ans.

Quant à l’économie allemande, elle devrait se maintenir à la 7e place mondiale, ainsi qu’à une part de 1,6% de la croissance globale.

Le Brexit passant par-là, le Royaume-Uni, 9e à l’heure actuelle, devrait voir sa contribution à la croissance baisser, le pays chutant à la 13e place du classement des contributeurs mondiaux.

Selon le FMI, de nouveaux pays devraient se faire une place dans le top 20 des moteurs de la croissance mondiale en 2024: la Turquie, le Mexique, le Pakistan et l’Arabie saoudite.

En revanche, l’Espagne, la Pologne, le Canada et le Vietnam devraient disparaitre dans ce peloton de tête.