Ce que vous devez savoir sur le syndrome de La Havane, la mystérieuse maladie qui touche les fonctionnaires américains dans le monde entier

La mystérieuse maladie connue sous le nom de « syndrome de La Havane » a commencé à toucher des diplomates et des agents de renseignement américains dans la capitale cubaine fin 2016. Aujourd’hui, près de cinq ans plus tard, pas moins de 200 incidents ont été signalés parmi le personnel américain dans une liste croissante de pays comprenant la Russie, la Chine, l’Ouzbékistan et les États-Unis eux-mêmes. Depuis cette semaine, la Colombie en fait également partie. Que savons-nous du syndrome de La Havane ?

Pourquoi est-ce important ?

La cause exacte du syndrome de La Havane est inconnue. Le doigt est de plus en plus pointé vers la Russie, qui a mené plusieurs attaques brutales contre des opposants et des diplomates à l'étranger. Toutefois, aucune preuve contre Moscou n'a été rendue publique et la Russie nie toute implication dans ces incidents.

Le président colombien Iván Duque a confirmé cette semaine qu’il avait connaissance de rapports faisant état de cas de syndrome de La Havane à l’ambassade des États-Unis à Bogotá. Ces dernières semaines, au moins cinq familles ayant des liens avec le personnel américain auraient été touchées.

Le mois dernier, un membre de l’équipe du directeur de la CIA, Bill Burns, a déclaré avoir ressenti des symptômes similaires au syndrome de La Havane lors d’un voyage en Inde. En août, deux membres du personnel américain présents dans la capitale vietnamienne, Hanoï, auraient connu des « problèmes de santé inexpliqués » juste avant l’arrivée du vice-président Harris. L’Allemagne a également confirmé récemment l’ouverture d’une enquête sur une « attaque sonique présumée » contre le personnel de l’ambassade des États-Unis à Berlin. La même chose s’est produite à Vienne.

Qu’est-ce que le syndrome de La Havane ?

La cause exacte du syndrome de La Havane est inconnue et les autorités américaines qualifient les cas éventuels d' »incidents sanitaires anormaux ». Cette maladie se caractérise par un large éventail de symptômes inexpliqués, notamment des migraines, de la fatigue, des vertiges, des crises d’angoisse, des pertes de mémoire et des troubles cognitifs. Certaines des personnes touchées ont déclaré avoir eu l’impression d’être frappées par une onde de choc ou un faisceau d’énergie. Dans certains cas, les symptômes étaient intermittents ; dans d’autres, ils persistaient et nécessitaient des soins de longue durée.

Quand cette maladie a-t-elle été documentée pour la première fois ?

Les premiers cas connus ont été signalés parmi le personnel américain et canadien à Cuba fin 2016. Les agents de la CIA en poste à l’ambassade des États-Unis à La Havane ont fait état d’une fatigue intense, de nausées et d’une « pression pulsatoire » dans leur tête.

Les scanners cérébraux ont ensuite révélé des lésions tissulaires normalement observées chez les patients souffrant de commotions cérébrales après un attentat ou un accident de voiture. Pendant que les responsables américains cherchaient des réponses, l’administration Obama a évacué une grande partie du personnel de l’ambassade.

À l’époque, les États-Unis et Cuba venaient seulement de rétablir leurs relations diplomatiques après des décennies d’hostilités et certains observateurs ont émis l’hypothèse que ces incidents étaient le résultat d’attaques visant à saboter le rapprochement entre les deux pays. Les responsables cubains ont nié toute implication ou connaissance de la maladie.

Depuis lors, des cas suspects du syndrome de La Havane parmi les agents diplomatiques et de renseignement américains ont fait surface dans plusieurs pays. Au début de l’année, le Congrès américain a exhorté les agences de renseignement à fournir davantage d’informations sur la nature des incidents, à la suite d’informations selon lesquelles au moins deux fonctionnaires de la Maison Blanche ont souffert de symptômes similaires près de l’enceinte de la Maison Blanche en 2020.

Qui et quoi pourrait en être la cause ?

Selon le Wall Street Journal, les enquêteurs ont d’abord pensé qu’une arme sonique ou acoustique était à l’origine de ces symptômes inexpliqués. Un examen médical effectué en 2018 a fait naître la théorie selon laquelle la maladie pourrait être le résultat d’une exposition aux micro-ondes, qui produisent de l’énergie à une fréquence radio.

En décembre, un groupe scientifique organisé par les Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine a également conclu que « l’énergie radiofréquence (RF) focalisée et pulsée » pouvait être responsable. Certains observateurs ont déclaré que le syndrome de La Havane pourrait être la conséquence involontaire d’une mission de collecte de renseignements par un gouvernement étranger.

Les responsables actuels et anciens du renseignement pointent de plus en plus du doigt la Russie, qui a mené plusieurs attaques brutales contre des opposants et des diplomates à l’étranger. Toutefois, aucune preuve contre Moscou n’a été rendue publique et la Russie a nié toute implication dans ces incidents.

Quelle est la prochaine étape ?

En juillet, le directeur de la CIA, Bill Burns, a nommé un officier supérieur de son agence, qui a joué un rôle de premier plan dans la traque d’Oussama ben Laden, à la tête d’un groupe de travail chargé d’enquêter sur ces incidents. M. Burns et le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, ont tous deux déclaré que la recherche de la cause du syndrome était une priorité.

Plus
My following

Analyse boursière: L'entrée en bourse de TeleSign est une bonne chose pour la valeur de Proximus

01/12/2021 08:50

(ABM FN) La cotation d'une participation minoritaire dans TeleSign contribue à rendre plus visible la valeur pour Proximus. C'est ce qu'estime l'analyste David Vagman d'ING.

Proximus a confirmé mardi soir, suite à des articles de presse, avoir entamé des discussions préliminaires sur une éventuelle transaction stratégique concernant sa filiale américaine TeleSign.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20