Carrefour débarque dans la livraison de repas

La filiale des employés du syndicat socialiste (SETCa/BBTK) dénonce un manque de personnel criant au sein du groupe de supermarchés Carrefour.
Isopix

Le groupe de supermarchés Carrefour a acheté 60% de Dejbox, une start-up spécialisée dans la livraison de repas au bureau et présente dans plusieurs grandes villes de France, annonce Le Figaro ce lundi.

‘Cette acquisition, qui reflète la volonté de Carrefour de devenir le leader de l’e-commerce alimentaire, est stratégique’, déclare Amélie Oudéa-Castera, directrice du digital et de l’e-commerce chez Carrefour, dont les propos publiés par Le Figaro sont relayés par Reuters. ‘Elle va nous permettre d’investir le segment en forte croissance de la livraison de repas avec une offre axée sur la qualité et accessible à tous.’

Les détails financiers de l’acquisition n’ont pas été dévoilés.

Dejbox, dont le chiffre d’affaires était de plus de 10 millions d’euros en 2018 et qui vise les 20 millions en 2019, livre des repas préparés par des traiteurs et des restaurants partenaires aux salariés travaillant en périphérie urbaine et dont l’entreprise ne dispose pas d’un système de restauration collective. La start-up sert quelque 400.000 repas par mois à Lille, Lyon, Paris, Bordeaux, Nantes et Grenoble.

Livreurs salariés

Selon Carrefour, Dejbox se distingue de la concurrence notamment par le fait qu’elle emploie 140 ‘préparateurs livreurs salariés’, et non des auto-entrepreneurs, peut-on lire sur le site de La Libre.

Le groupe de supermarchés a lancé en 2018 un plan de relance dont l’un des objectifs est d’atteindre 5 milliards d’euros de chiffres d’affaires dans le commerce en ligne alimentaire à l’horizon 2022. Dans la foulée, l’enseigne avait pris une participation majoritaire dans la start-up Quitoque, spécialisée dans la livraison de paniers-repas à cuisiner.