Ça y est: Instagram commence à cacher le nombre de likes

Instagram a annoncé cacher le nombre de "likes" mentionné sous les photos des utilisateurs. Après une phase de test sur les continents américain et australien, cette révolution arrive désormais en Belgique.

Instagram a annoncé cacher le nombre de « likes » mentionné sous les photos des utilisateurs. Après une phase de test sur les continents américain et australien, cette révolution arrive désormais en Belgique.

C’est une fonctionnalité qu’Instagram a d’abord choisi de tester depuis mai au Canada, au Brésil et en Australie. La semaine dernière, l’entreprise a ensuite annoncé cacher les likes pour certains utilisateurs aux Etats-Unis. Le phénomène devient maintenant mondial en s’immisçant en Europe. On dirait bien que mon compte est l’un des heureux – ou malheureux – élus. Au lieu du nombre de likes sous les photos, n’est désormais plus visible qu’un seul compte, suivi de « et d’autres personnes » (« aiment ça. »)

Pour réduire la pression sociale

Mais pourquoi supprimer ce nombre de “j’aime”, l’essence même d’Instagram où la course aux likes est synonyme d’approbation? Justement pour éviter cette pression sociale. Beaucoup d’utilisateurs sont obsédés par ce chiffre, réfléchissant plusieurs heures avant de poster une photo “likeable” ou non. Peu de likes se traduit pour beaucoup par une remise en question et un manque de confiance en soi. Même pour les influenceurs, il n’y en a jamais assez. 

Rassurez-vous, il est cependant toujours possible de voir votre propre comptabilisateur de “j’aime”, mais plus de vous comparer aux autres, et donc de ressentir cette pression sociale.

« Bien que les résultats des premiers tests aient été positifs, il s’agit d’un changement fondamental pour Instagram, et nous poursuivons donc notre test pour en apprendre davantage de notre communauté mondiale « , a déclaré un porte-parole de Facebook (qui possède Instagram) dans un communiqué. 

Le gagne-pain des influenceurs 

La question se pose pourtant pour l’avenir des influenceurs qui gagnent de l’argent grâce à leurs photos, et donc aux likes. L’entreprise planche encore sur des solutions pour assurer la visibilité et la rentabilité de ces nombreux profils professionnels.

Quant aux utilisateurs lambda, beaucoup disent ressentir une forme de soulagement. C’est vrai qu’on se dit qu’on poste des photos pour nous au fond, et non pour recevoir le plus de notifications possible. Enfin, ça c’est pour la théorie, car il faudra bien plus que cette petite révolution pour supprimer le mal-être sur les réseaux sociaux…