Bruxelles va bel et bien bannir les voitures diesel et essence à partir de 2030

Comme convenu dans sa déclaration de politique régionale en 2019, le gouvernement bruxellois a validé la fin du diesel, en 2030, et de l’essence et du LPG, en 2035, sur le territoire de la Région. L’exécutif bruxellois présentera son plan de sortie ce vendredi matin, rapporte le site de La Libre.

Les partis de la majorité sont parvenus à un accord ce jeudi, lors de la réunion hebdomadaire du gouvernement bruxellois: les véhicules diesel seront interdits sur le territoire de la Région à partir de 2030, et ceux à essence ou au LPG dès 2035. Les détails du plan de sortie seront présentés dans la matinée de vendredi par le ministre-président Rudi Vervoort (PS), le ministre de la Transition climatique et de l’Environnement Alain Maron (Ecolo), la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen) et le ministre en charge des Finances et du Budget Sven Gatz (Open-VLD).

De nouveaux jalons pour la zone de basses émissions

L’exécutif bruxellois présentera également un nouveau calendrier pour la zone de basses émissions (LEZ). À l’heure actuelle, celui-ci s’arrête en 2025, lorsque seuls les diesels norme Euro 6 et les essences norme Euro 3 pourront encore circuler.

« Ces jalons (seront) accompagnés d’une feuille de route ambitieuse, détaillant des mesures d’accompagnement pour les différents acteurs concernés, car le gouvernement entend faciliter cette transition vers un parc automobile plus propre à Bruxelles », a détaillé le gouvernement dans un communiqué.

Si aux yeux de certains, la décision du gouvernement bruxellois peut paraître sévère, Bruxelles est loin d’être la seule ville européenne à vouloir dire adieu aux véhicules diesel et essence. Paris a même posé un choix encore plus drastique en bannissant les diesels dès 2024 et les moteurs à essence à partir de 2030.

Pour aller plus loin:

Plus
My following

Sequana Medical a suffisamment de patients pour une étude américaine

06/12/2021 06:49

(ABM FN) Sequana Medical a recruté suffisamment de patients pour une étude avec son alfapump en Amérique du Nord. C'est ce qu'a annoncé l'entreprise lundi.

Il s'agit d'une étude Poséidon dont les résultats devraient permettre d'obtenir l'approbation réglementaire pour l'alfapump aux Etats-Unis et au Canada pour le traitement de certaines formes de cirrhose du foie.

Un total de 70 patients a été recruté. Les premiers résultats de l'étude sont attendus pour la fin de l'année 2022.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20