Les Britanniques reviendront-ils dans l’Union européenne ? « Je ne vois pas cela arriver tout de suite »

Selon un sondage du quotidien britannique The Independent, deux tiers des Britanniques souhaitent un nouveau référendum sur le Brexit. Harry De Paepe, expert du Royaume-Uni, s’explique sur Business AM Radio.

Pourquoi est-ce important ?

Le 31 janvier 2020, les Britanniques ont quitté l'Union européenne, suite à un référendum sur le sujet organisé en 2016. Les détails exacts de cette sortie ont ensuite été longuement négociés et, à ce jour, les deux parties connaissent encore des lacunes dans la législation qui l'entoure.

L’essentiel : Il semble maintenant que les Britanniques eux-mêmes ne soient pas si satisfaits du Brexit pour lequel ils ont voté.

  • Pas moins de deux tiers de la population souhaitent un nouveau référendum sur l’adhésion à l’UE. C’est ce que révèle un sondage réalisé par le quotidien britannique The Independent. « Il ne s’agit que d’un sondage, bien sûr, mais c’est un signe révélateur. Parce que le Royaume-Uni ne va pas très bien économiquement », a interprété Harry De Paepe.
  • « Il y a bien entendu plusieurs facteurs. Les faits sont ce qu’ils sont : l’économie britannique s’est énormément contractée, le produit national brut (la valeur de tous les biens et produits que le pays produit en un an, NDLR) a baissé de plus de 5 %. Le Royaume-Uni n’est pas non plus très performant en termes d’investissements ».
  • De Paepe cite quelques exemples, comme le commerce avec les autres pays : « Les Britanniques importent 18 % de moins de l’Union européenne qu’avant le Brexit, les exportations vers l’UE ont baissé de plus de 40 %. »
  • En outre, dit-il, les Britanniques ont perdu toute confiance dans la politique. Par conséquent, beaucoup de choses se sont passées ces derniers mois : « Il suffit de penser au malaise autour de Boris Johnson, puis de Liz Truss avec ses plans économiques qui ont complètement implosé… Maintenant, il y a Rishi Sunak pour rétablir la confiance, mais il ne réussit pas tout à fait là non plus », précise M. De Paepe.

Les conséquences : Y aura-t-il un autre référendum, permettant aux Britanniques de réintégrer l’UE ?

  • « Je vais être honnête, je ne vois pas cela arriver tout de suite », attaque l’anglophile. « Ou du moins pas dans les cinq ou dix premières années. Mais si cela devait arriver, je ne vois aucune raison pour que l’UE ne l’autorise pas. Il est aussi tout simplement meilleur pour l’UE que le Royaume-Uni y soit présent, pour des raisons économiques, mais aussi politiques. »
  • Il est certain que si les Britanniques rejoignaient l’UE maintenant, certains décideurs politiques devraient admettre qu’ils ont eu tort. Cela affectera sans aucun doute leur pouvoir au sein de l’UE, si le Royaume-Uni, conscient de son erreur, doit retourner dans l’Union. « En soi, les critiques que les gens avaient à l’égard de l’UE n’étaient pas toujours injustifiées, il faut le dire clairement. C’était très souvent une question de politique. Mais c’est pourquoi je ne les vois pas revenir tout de suite ; cela doit être gênant pour un pays qui a une certaine fierté, une certaine image de lui-même, de devoir se mettre à genoux.

Plus loin dans l’interview accordée à Business AM Radio, Harry De Paepe a également expliqué le rôle des différents États britanniques, comme l’Écosse. Vous pouvez écouter l’interview complète ici (en néerlandais).

Business AM Radio sera disponible – en néerlandais, uniquement – à l’écoute à partir du 9 janvier, en ligne ou via DAB+. Cette toute nouvelle station de radio couvre l’actualité économique, en se concentrant sur l’économie, la technologie et la politique intérieure et extérieure. Une bande-annonce sur ce qui vous attend peut être entendue ici.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20