Bill Gates : « Le variant Omicron a fait un meilleur travail d’immunité globale que les vaccins »

La conférence de Munich sur la sécurité se déroule actuellement à Munich. Une conférence annuelle où les problèmes mondiaux actuels sont débattus. Vendredi soir, Bill Gates était l’invité pour parler de la crise du coronavirus. Selon Gates, le risque de Covid-19 grave a été considérablement réduit grâce au variant Omicron, mais le monde doit rester sur ses gardes face à une nouvelle pandémie.

Depuis le début de la crise coronavirus, Bill Gates participe régulièrement aux discussions sur l’évolution de la pandémie. En raison de son implication active dans la crise – et notamment de sa promotion de la vaccination avant même l’apparition du virus – le milliardaire fait l’objet de toutes sortes de théories du complot. Néanmoins, il a acquis une certaine autorité dans le débat sur l’affaire du Covid.

« Le virus a fait un meilleur travail que le vaccin »

M. Gates a donc également été invité à parler de la pandémie lors de la conférence sur la sécurité de Munich, vendredi soir. Et bien que M. Gates ait été initialement très inquiet lorsque le variant Omicron est apparu, il semble maintenant convaincu que ce nouveau variant a fait beaucoup de bien en renforçant l’immunité mondiale. Bien qu’il soit remarquablement déçu à ce sujet.

« Malheureusement, le virus lui-même – en particulier le variant Omicron – est un type de vaccin en soi. Il induit une immunité dans les cellules B ainsi que dans les cellules T », a répondu M. Gates lorsqu’on lui a demandé à quel stade de la pandémie nous nous trouvions. « Le virus a mieux réussi à faire le tour de la population mondiale que nous avec les vaccins ».

Selon M. Gates, jusqu’à 80 % de la population africaine aurait acquis une certaine forme d’immunité, soit grâce à la vaccination, soit par infection. « Cela garantit que le risque de contracter une infection grave – qui dépend généralement de causes sous-jacentes telles que la vieillesse, l’obésité ou le diabète – est considérablement réduit. »

M. Gates déplore le fait que l’immunité mondiale se soit construite principalement par le biais de l’infection. Il faut donc poursuivre les efforts pour développer de nouveaux vaccins, notamment contre les virus respiratoires tels que les coronavirus et les virus de la grippe. De cette façon, estime-t-il, ces maladies peuvent être éradiquées au fil du temps, tout comme la polio a largement disparu.

« La prochaine pandémie est inévitable »

Le milliardaire de la tech est en effet convaincu que nous serons confrontés à une nouvelle pandémie. Il espère toutefois que le monde a tiré les leçons de ces deux dernières années pour être mieux préparé à l’avenir : « Le coût de la préparation à la prochaine pandémie n’est pas si élevé. Ce n’est pas comme le changement climatique. Si nous restons rationnels, nous pourrons faire face à la prochaine épidémie rapidement. » Avec une telle approche, il pense que la prochaine pandémie ne prendra pas deux ans, mais pourrait être vaincue en six mois.

Pour garantir une telle approche rapide, Gates propose deux solutions : « Tout d’abord, il faut veiller à ce qu’une offre limitée (de vaccins, ndlr) soit distribuée de manière rationnelle. Deuxièmement, la capacité doit être si grande que le monde entier puisse recevoir deux doses dans une période de temps limitée. »

Le milliardaire a déjà fortement soutenu l’approche australienne, un pays qui a réagi de manière extrêmement stricte au début de la pandémie en fermant toutes les frontières. Ce n’est qu’à partir du 21 février qu’il sera à nouveau possible aux touristes d’entrer en Australie. « Si tous les pays faisaient ce que l’Australie a fait, il n’y aurait pas de pandémie », a déclaré M. Gates.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20