Biélorussie: Chypre bloque les sanctions européennes

Josep Borell, EPA-EFE/KHALED ELFIQI

À Minsk, les manifestations contre la réélection d’Alexandre Loukachenko se poursuivent. Alors que l’UE s’était engagée à prendre des sanctions contre la Biélorussie, les 27 États membres ne sont pas parvenus à trouver un accord. Un seul pays manque à l’appel, Chypre.

Le leader du principal parti d’opposition réfugiée en Lituanie, Sviatlana Tsikhanouskaya, s’était déplacée jusqu’à Bruxelles lundi. L’opposante a en effet prié l’Union européenne d’approuver les sanctions contre les responsables impliqués dans la répression des manifestations biélorusses. 

‘Les sanctions sont importantes pour notre combat car elles contribuent à la pression qui pourrait contraindre les prétendues autorités à ouvrir un dialogue avec nous’, a expliqué l’opposante. 

‘Il nous manque un pays’

Mais l’UE n’est pas parvenue à une décision unanime, bien qu’elle ne reconnaisse pas la légitimité de Loukachenko. ‘ Il nous faut l’unanimité, mais il nous manque un pays, et ce pays, c’est Chypre’, a expliqué Josep Borell, le chef de la diplomatie européenne.

La République de Chypre souhaiterait en effet obtenir en contrepartie un appui de l’UE dans le cadre de la crise turque à savoir, les forages illégaux entrepris par Ankara dans les eaux chypriotes, faute de quoi, elle ne validera pas les sanctions.