Avec 2019, les commerces anglais enregistrent leur pire année

Les commerces britanniques enregistrent leur pire année depuis au moins un quart de siècle. Pour la première fois de l’histoire, le secteur a dû enregistrer une baisse de ses ventes, selon une étude du consultant KPMG et du British Retail Consortium (BRC).

‘Le secteur britannique du commerce de détail – y compris en ligne – a vu ses ventes chuter de 0,1 pour cent au cours de l’année écoulée’, indique le rapport. ‘Il s’agit de la première baisse depuis que le secteur a commencé à enregistrer des résultats il y a 25 ans. Il y a deux ans, une nouvelle croissance de 1,2 pour cent a été réalisée.’

Le dernier trimestre 2019 a été particulièrement décevant pour les enseignes outre-Manche. Les produits non alimentaires ont également enregistré une réduction de 1,4% par rapport à la même période l’an dernier. Les supermarchés ont également connu une période difficile.

La période de Noël au ralenti

Les dépenses durant la période de Noël ont connu la croissance la plus lente depuis le milieu de la dernière décennie. Dans le secteur non alimentaire, la semaine du Black Friday a désormais remplacé Noël comme période clé de ventes.

Selon le rapport, le secteur fait face à divers défis. Les entreprises doivent tenir compte de l’augmentation des dépenses de loyer et de salaires. En outre, il existe une forte concurrence du commerce en ligne. Parallèlement, la confiance des consommateurs britanniques est ébranlée. En outre, le public s’intéresse moins intensément à l’acquisition de biens matériels.

249 grosses faillites

Cela met beaucoup de pression sur les marges bénéficiaires des commerçants. Par conséquent, 249 grands détaillants ont disparu en Grande-Bretagne au cours des deux dernières années, dont Mothercare, Forever 21 et Bonmarche.

‘Rien qu’en décembre, onze grands détaillants britanniques ont dû fermer leurs portes », selon les chercheurs. ‘En raison de toutes ces fermetures, de nombreux emplois ont également disparu.’

Dans le même temps, le paysage commercial britannique présente un taux d’inoccupation de plus de 12 pour cent, contre 11,5 pour cent il y a un an. Ronald Nyakairu, analyste en chef à la Local Data Company, dit qu’il s’attend à ce que cette tendance se poursuive cette année.

Plus
Lire plus...
Marchés