Au sein du MR, la tempête autour du cordon sanitaire n’a pas affecté le leadership de Georges-Louis Bouchez

  • Pour preuve deux soutiens de poids: d’abord Denis Ducarme, ancien adversaire de Bouchez à la présidentielle, et qui tentait d’organiser, encore début janvier, la riposte « d’une candidature démocrate-libérale » en 2023 suite aux remous de l’affaire Crucke.
  • Le Carolo est sorti du silence dans La DH sur le débat que le président du MR a mené avec l’extrême droite sur la VRT. Il n’a pas apporté de soutien direct à Bouchez, mais a attaqué son adversaire, Paul Magnette (PS), pour qui le président du MR avait fauté: « Le président du parti socialiste belge est très mal placé pour donner des leçons de morale, lui qui a failli faire entrer le PTB dans la majorité à Charleroi. Il ne cesse de dire que son rêve absolu, c’est d’avoir une majorité à gauche sans le MR. Il le dit, mais sans exclure le PTB. »
  • Ducarme verrait volontiers le cordon sanitaire médiatique et politique s’étendre « aux bolchéviques du PTB dont le programme vise clairement à mettre à bas notre démocratie« .
  • Ce lundi, lors du bureau politique du MR, il n’y a pas eu de bronca contre GLB. Il a, à tout le moins, été demandé au président du MR d’avertir le parti si des sujets aussi importants que le cordon sanitaire devaient être abordés.
  • Il faut dire que la polémique avait été éteinte dès le week-end. Le parti a réagi samedi, indiquant qu’il allait respecter le cordon sanitaire à l’avenir. Le président du MR a aussi constaté les remous qu’a provoqués son débat avec Tom Van Grieken et n’a pas voulu en rajouter (de trop), ce lundi matin sur Bel RTL.
  • En outre, il a été convenu officiellement par le MR que les textes qui fondent le cordon sanitaire et qui ont plus de 20 ans seront discutés. Le parti libéral, sous l’égide du député fédéral Benoît Piedboeuf, s’engage à formuler des propositions aux autres partis d’ici la mi-mai.
  • La volonté de certains libéraux est d’étendre le cordon sanitaire au PTB, mais dans les faits, les présidents du PS et d’Ecolo ont déjà rejeté cette idée: « Bouchez tente de noyer le poisson », a expliqué Magnette lundi sur Bel RTL. Pour Jean-Marc Nollet (Ecolo), « c’est une tentative de diversion ». Rappelons que les deux protagonistes, en compagnie des présidents de DéFI et des Engagés, avaient adressé dans un courrier commun un ultimatum au MR. Certains y ont vu une menace directe pour les libéraux de se faire éjecter des majorités wallonne et de la FWB.
  • Mais au sein de son parti, Bouchez n’est pas isolé, au contraire. Celui qui a amené le Montois à la politique, Louis Michel, pourtant instigateur du cordon sanitaire, a apporté son soutien ce matin sur La Première à son jeune poulain. Selon Louis Michel, Bouchez n’a pas commis de faute: « Il n’a pas débattu sur l’espace francophone, donc il n’est pas en contradiction avec ce qui a été décidé. »
  • Si Louis Michel concède qu’il n’aurait pas débattu avec l’extrême droite, car il a « une position radicale à ce sujet », il estime aujourd’hui que la situation est « différente ». GLB « a débattu avec ce personnage de l’extrême droite, il a démonté son discours. Il ne s’est pas privé de le dire devant l’opinion flamande dans un espace où il n’y a pas de cordon sanitaire. »
Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20