« Après une année record, l’économie américaine fonce droit dans le mur »

Un avis tranché de l’éditorialiste de CNBC Jeff Cox.

Une année 2021 de rêve. Avec une croissance qui a fait grimper le PIB de 5,7%. Du jamais vu depuis 1984. Une autre époque. L’économie américaine a été tirée par une Wall Street en pleine bourre. Mais pour le journaliste, c’est bientôt la fin de la récré.

Jeff Cox pointe quelques éléments qui ne jouent pas en faveur de 2022.

  • La pandémie n’est pas finie.
  • Mais les aides d’État vont bientôt s’estomper avec un changement de la politique monétaire de la Fed.
  • Les perturbations sur la chaîne d’approvisionnement.

Selon l’analyse du GDPNow de la Fed d’Atlanta, le gain de croissance devrait être de 0,1% sur le premier trimestre, bien loin de 6,9% du dernier trimestre 2021.

Plusieurs mauvais signes pointent déjà à l’horizon.

  • Wall Street a pris son plus mauvais départ depuis 2009. Une juste correction, selon plusieurs économistes.
  • La dette américaine connait un montant record de 30.000 milliards de dollars, du jamais vu.
  • Un nombre record d’Américains ont quitté leur job en 2021 dans ce que les spécialistes ont appelé The Great Resignation. Ses effets se poursuivront en 2022.
  • Le nombre de commandes ralentit dans l’industrie.

Soyez prudents à la Fed

« L’économie ralentit et rétrograde », a déclaré Joseph LaVorgna, économiste en chef pour les Amériques chez Natixis. « Ce n’est pas une récession, mais ce le sera si la Fed essaie de devenir trop agressive. »

Goldman Sachs a réduit ses perspectives de PIB au premier trimestre à 0,5 %, contre 2 % auparavant. La banque a également réduit sa vision pour l’année complète à 3,2 %, bien en deçà du consensus actuel de 3,8 %.

De même, Bank of America a fait tomber son chiffre du premier trimestre de 4% à 1% et a réduit ses prévisions pour l’année complète à 3,6% contre 4%.

La politique monétaire plus stricte demandée à cor et à cri pour lutter contre l’inflation inquiète maintenant les économistes. Une politique trop agressive avec des hausses des taux trop fréquentes risque de plomber l’économie américaine.

Mark Zandi, économiste en chef chez Moody’s Analytics, estime que la Fed doit faire attention à ne pas aller trop loin. « Les attentes du marché sont de cinq augmentations [des taux]. On parle maintenant de six voire sept augmentations. C’est deux de trop, étant donné les vents contraires sur l’économie. »

Rien n’est poison, tout est quantité.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20