Après la France et la Flandre, les Pays-Bas interdisent aussi les installations de chaudières au mazout ou au gaz

Le gouvernement néerlandais va interdire l’installation de nouveaux systèmes de chauffage à base de combustibles fossiles à partir de 2026. Cela obligera les gens à opter pour une solution durable, telle qu’une pompe à chaleur hybride ou le chauffage urbain.

Pourquoi est-ce important ?

France, Flandre, Luxembourg... les pays et régions européens prennent tour à tour des mesures pour interdire l'installation de chauffages alimentés aux énergies fossiles, comme le mazout ou le gaz naturel. Cela permet notamment de réduire les émissions de gaz à effet de serre - l'énergie et le chauffage représentant jusqu'à 40% des émissions européennes - et en même temps la dépendance aux énergies fossiles importées depuis la Russie.

Les Pays-Bas dépendent largement du gaz pour chauffer leurs habitations. En 2018, le gaz naturel a couvert 71% de la demande des ménages et 48% de celle du secteur des services. Toutefois, en optant pour des systèmes de chauffage plus durables, comme une pompe à chaleur hybride, la consommation de gaz naturel du pays peut être considérablement réduite. Cela est bon pour le climat et garantit une facture énergétique moins élevée, a déclaré le gouvernement néerlandais dans un communiqué.

L’utilisation d’une pompe à chaleur hybride devrait permettre d’économiser en moyenne 60% de la consommation de gaz naturel. Toutefois, il est important que le propriétaire installe également des panneaux solaires afin de produire sa propre énergie pour les pompes à chaleur.

Une pompe à chaleur hybride est une combinaison d’une pompe à chaleur et d’une chaudière de chauffage central. Le système n’utilise le gaz que les jours de grand froid, lorsque la maison ne peut être chauffée suffisamment sans chauffage supplémentaire.

« L’urgence de la durabilité est grande et le rythme doit être accéléré. C’est également mieux pour le portefeuille de chacun si nous utilisons moins de gaz naturel », annonce le ministre du logement Hugo de Jonge. « Le gouvernement souhaite donc que la pompe à chaleur hybride devienne la norme à partir de 2026, lorsque la chaudière du chauffage central devra être remplacée. »

Il ne sera donc pas obligatoire de remplacer immédiatement la chaudière de chauffage central au gaz actuelle, mais les personnes qui doivent remplacer leur système ne pourront plus faire installer une chaudière « à l’ancienne ».

150 millions d’euros par an

Le gouvernement néerlandais subventionnera également l’achat de pompes à chaleur hybrides. « Jusqu’en 2030 inclus, le cabinet a réservé 150 millions d’euros par an pour soutenir les propriétaires dans l’achat d’une pompe à chaleur hybride », indique le cabinet du ministre. En outre, le gouvernement collaborera avec le secteur de l’installation et avec les fabricants pour proposer des lieux de formation dans chaque région.

Cette décision est également considérée comme un signal fort en faveur du chauffage urbain. Le raccordement aux réseaux de chaleur municipaux est considéré comme une alternative viable à l’installation d’une pompe à chaleur.

En Belgique aussi, le gouvernement soutient l’installation d’une pompe à chaleur. L’année dernière a été une année record pour les pompes à chaleur dans notre pays : 2.256 primes ont été demandées en Flandre.

Cependant, la popularité soudaine en Europe menace de provoquer une pénurie d’installateurs qualifiés pour répondre à la demande accrue de pompes à chaleur. « En ce moment, la demande est tellement forte que les installateurs ont des problèmes pour installer les équipements », explique Thomas Nowak, secrétaire général de l’Association européenne des pompes à chaleur (EHPA).

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20