Antarctique : la deuxième plus grande colonie de manchots au monde a presque disparu

Les scientifiques sont inquiets : aucun poussin de la colonie de manchots empereurs de la baie de Halley, dans la mer de Weddell, en Antarctique, n’a survécu au cours des trois dernières années. En conséquence, l’avenir de l’une des plus grandes colonies de manchots empereurs du monde est sérieusement menacé.

C’est une constatation que les scientifiques du British Antarctic Survey (BAS) ont faite à l’appui de l’examen d’images satellites.

Jusqu’à récemment, cette colonie de manchots empereurs était la seconde la plus importante du monde, comprenant entre quatorze mille et vingt-cinq mille couples reproducteurs, soit entre 5 % et 9 % de la population mondiale de ces animaux.

La glace s’est rompue

Les chercheurs attribuent leur incapacité à produire des rejetons adultes aux changements des conditions de la banquise locale. Pour élever leurs poussins, les couples ont besoin ont en effet besoin d’une glace stable, entre leur naissance au mois d’avril et leur départ du nid en décembre

Au cours des 6 dernières décennies, cette condition était remplie dans la baie de Halley. Mais en 2016, après une période particulièrement agitée et marquée par des tempêtes, la glace s’est rompue en octobre, à un moment où les poussins n’avaient pas encore quitté les nids. En conséquence, quasiment aucun n’a survécu cette année-là, une véritable catastrophe. 

British Antarctic Survey

Pire, les deux années suivantes ont été marquées par les mêmes conditions météos. En conséquence, la colonie de manchots empereurs de la baie a été presque totalement décimée, comme le révèlent les images satellites. Les taches noires que laissait la colonie sur la banquise avaient presque complètement disparu sur les clichés pris l’année dernière.

Une population menacée

Cependant, ces images indiquent également que la colonie voisine de Dawson Lambton s’est considérablement développé. Il semble donc qu’un grand nombre de manchots de la baie de Halley l’aient rejointe pour y trouver de meilleures conditions de reproduction. 

Il s’agit d’une observation encourageanconte, qui montre que les manchots savent s’adapter lorsque leur environnement connait des modifications importantes. 

Cela peut également avoir des conséquences importantes pour l’avenir du manchot empereur. Selon les modèles actuels, sous l’influence du changement climatique, d’ici la fin de ce siècle, la population de ces oiseaux pourrait décliner d’entre 50 et 70%.