Alors que les États-Unis appelle à une ‘large coalition’ contre la Chine, le Japon rouvre ses frontières aux hommes d’affaires chinois

The Yomiuri Shimbun via AP Images

Le Japon veut rouvrir ses frontières aux voyageurs d’affaires chinois le 1er novembre. Il est par contre encore trop tôt pour les touristes, selon Tokyo.

Le Japon accueillera jusqu’à 1.000 voyageurs d’affaires chinois par jour sans avoir à être mis en quarantaine. Les étudiants étrangers et les titulaires de visa pourront également retourner au Japon sans avoir à se soumettre aux restrictions appliquées pour les ressortissants étrangers. Cependant, ils ne sont pas autorisés à utiliser les transports en commun et doivent télécharger une application qui garantit leur traçabilité à tout moment.

Pour rendre tout cela possible, la compagnie aérienne japonaise Japan Airlines (JAL) augmentera ses vols quotidiens vers la Chine. Avec cette détente, le Japon veut également donner à ses propres hommes d’affaires la possibilité de retourner en Chine. Il existe encore de nombreuses usines appartenant en partie à des Japonais.

La pandémie a également eu un impact majeur sur l’économie japonaise. La mesure devrait contribuer à stimuler la consommation japonaise, maintenant que la déflation menace le pays.

Les Japonais voient également la détente comme un premier test pour l’organisation des Jeux Olympiques plus tard cette année.

Les États-Unis veulent une large coalition asiatique contre la Chine

Tokyo qui pousse à cette réouverture est toutefois étonnant. Pas plus tard que la semaine dernière, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est rendu au Japon et a rencontré des représentants de l’Inde et de l’Australie en plus des décideurs japonais. L’objectif était de créer une large coalition qui souhaite limiter l’influence chinoise dans la région. Pompeo s’en est pris au Parti communiste chinois, qu’il a accusé ‘d’exploitation, de corruption et de coercition’.

Reste à savoir s’il ira plus loin que les menaces. Le nouveau Premier ministre japonais Yoshinde Suga a récemment déclaré que lors de sa première conversation téléphonique avec le dirigeant chinois Xi Jinping, il avait ‘qualifié la stabilité des relations commerciales entre les deux pays de priorité‘. Pas seulement pour le Japon et la Chine, mais ‘pour toute la région et la communauté internationale’.

La Chine achète un nombre record d’obligations d’État japonaises

La Chine accueille favorablement les plans japonais. Le pays avait déjà élaboré un ‘corridor aérien d’affaires’ entre la Chine continentale et le Japon en mai.

Il convient également de noter qu’entre avril et juillet, la Chine a acheté plus de 1.460 milliards de yens (12 milliards d’euros) en obligations d’État japonaises. C’est 3,6 fois plus qu’à la même période l’an dernier. Selon les analystes, cela a été rendu possible par une devise chinoise qui se négocie à son plus haut niveau depuis des mois. Mais Pékin souhaite également soutenir l’économie japonaise de cette manière.