Alibaba baisse ses prix pour concurrencer Amazon en Europe

Isopix

Une nouvelle guerre des prix est prête à éclater sur le marché européen du commerce en ligne. Le géant chinois Alibaba demande des commissions inférieures à celles de son concurrent américain, Amazon. Il espère ainsi gagner de nouvelles parts de marché.

En Espagne et en Italie, Alibaba ne demande déjà plus de tarif mensuel et les commissions varient seulement entre 8 à 13%. A titre de comparaison, chez Amazon, un commerçant doit débourser 39 euros par mois pour être autorisé à vendre. Il faut ajouter à cela des commissions estimées entre 7 et 15% pour chaque produit vendu.

Les résultats de cette offensive sont pourtant mitigés. Alibaba a réussi à convaincre un certain nombre de petites marques. Elles vendent donc maintenant sur AliExpress, la plateforme internationale d’Alibaba. Mais, selon les sources de l’agence de presse Reuters, les grandes marques de vêtements comme Mango ou Benetton font encore preuve de réticences face au géant chinois.

Lire aussi: Comment Amazon use et abuse de sa toute-puissance face aux vendeurs

Une image de plateforme bon marché

En Europe, AliExpress est considérée comme une plateforme où tout est bon marché. Par exemple, une jupe en similicuir coûte 16 euros et un peignoir en acrylique seulement 12,5 euros. De ce fait, plusieurs grandes marques pensent qu’il sera difficile de vendre leurs vêtements plus chers sur ce site.

D’autres commerçants trouvent qu’Alibaba n’offre pas un ‘environnement ambitieux’ pour leur marque. Et certains voient même la plateforme comme étant toujours ‘en chantier’.

Une question de temps

Dans une réponse aux journalistes de Reuters, Alibaba explique que les grandes marques ont simplement besoin de temps pour comprendre AliExpress. Les commerçants peuvent personnaliser leur page sur la plateforme en y ajoutant des photos et des vidéos. Ils savent ainsi lui donner la tonalité qu’ils désirent.

Benetton n’a pas souhaité confirmer s’il avait été approché ou non par le géant chinois. Mango, de son côté, a simplement annoncé qu’il ne vendrait pas ses produits sur AliExpress. Ni sur Amazon d’ailleurs.

Un gigantesque centre commercial en ligne

Alibaba se concentre depuis un certain temps sur la vente de produits chinois bon marché vers l’international via AliExpress. La plateforme connait un certain succès en Europe. Mais on est encore loin de la rentabilité que ces centres commerciaux virtuels connaissent en Chine. Et c’est ce que le géant du commerce en ligne tente de changer.

Amazon n’a pas souhaité commenter les démarches d’Alibaba.

Lire aussi: Alibaba promet 900 emplois à l’aéroport de Liège