« Activons Nord Stream 2 dès que possible » : en Allemagne, certains sont maintenant prêts à l’impensable pour ne pas manquer de gaz

Sa certification avait été suspendue en raison du déclenchement de la guerre en Ukraine. Et au vu de la volonté affichée par l’Union européenne de se défaire de sa dépendance aux énergies fossiles russes, on aurait pu croire que le projet Nord Stream 2 ne serait jamais relancé. Ou en tout cas pas de sitôt. Pourtant, pour le vice-président du parlement allemand, il s’agirait désormais même presque d’une nécessité.

Il n’est pour l’instant question que de la demande d’un homme, mais elle a une lourde portée symbolique. Ce vendredi, le vice-président du parlement allemand a appelé à donner le feu vert à Nord Stream 2, pour que la Russie puisse envoyer davantage de gaz au pays.

Pour Wolfgang Kubicki, membre du Parti libéral-démocrate, membre de la « tricolore » actuellement au pouvoir, le gazoduc doit être certifié « dès que possible » afin que « les gens n’aient pas à geler en hiver et que notre industrie ne subisse pas de graves dommages ».

« Pas plus immoral que Nord Stream 1 »

Conscient que sa demande allait entraîner une pluie de critiques, Wolfgang Kubicki a rappelé que, de toute façon, l’Allemagne reçoit déjà du gaz russe, via Nord Stream 1. En obtenir par Nord Stream 2 ne serait dès lors « pas plus immoral ». Il s’agirait « simplement d’un autre tuyau », a-t-il avancé.

Pour rappel, depuis la fin du mois de juillet, les livraisons de gaz russe par Nord Stream 1 ont diminué à 20% des capacités du gazoduc. Cela serait dû au retour tardif d’une turbine, toujours bloquée en Allemagne. La Russie indique qu’elle ne peut pas la récupérer à cause des sanctions occidentales, les Européens estiment plutôt qu’il s’agit d’un prétexte utilisé par Moscou pour diminuer l’approvisionnement du Vieux Continent, en guise de représailles.

Pour Wolfgang Kubicki, certifier Nord Stream 2 permettrait de connaître les réelles intentions de la Russie. Car, rappelons-le, le gazoduc est parfaitement fonctionnel. Et justement, il y a un mois, Vladimir Poutine avait assuré qu’il était prêt à envoyer du gaz par ce biais si le feu vert était octroyé.

« Une fois les réservoirs de stockage de gaz pleins, nous pourrons à nouveau fermer Nord Stream 2 – et les autres gazoducs aussi, une fois que nous serons devenus indépendants. Mais nous n’en sommes pas encore là », a ajouté le vice-président du parlement allemand.

« Cela ressemble à de la toxicomanie : l’addiction au gaz russe tue »

Dans la foulée de ces déclarations, plusieurs responsables du Parti libéral-démocrate ont fait part (plus ou moins vivement) de leur désaccord vis-à-vis de Wolfgang Kubicki.

« Nord 2 est mort », a par exemple déclaré Marie-Agnes Strack Zimmermann, députée du FDP et présidente de la commission de la défense du Bundestag.

La proposition a été jusqu’à faire réagir le ministre ukrainien des Affaires étrangères, qui n’y est pas allé de main morte. « Cela ressemble à la toxicomanie, lorsqu’une personne dit « Juste une dernière fois! » sans se rendre compte des conséquences dévastatrices de chaque « dernière fois’. L’addiction au gaz russe tue ! », a lancé Dmytro Kuleba sur Twitter.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20