AB InBev va remplacer son CEO de longue date, Carlos Brito

Carlos Brito, CEO d’AB InBev. (Isopix)

C’est un petit tremblement de terre dans le monde de la bière. Le leader mondial AB InBev a entamé une procédure de remplacement du Brésilien Carlos Brito en place depuis 16 ans à la tête du groupe.

Selon le Financial Times, le poste serait proposé à des candidats extérieurs à l’entreprise, même si un candidat en interne s’est également proposé. Il s’agit de Michel Doukeris. Carlos Brito devrait lui démissionner du Conseil d’administration ‘plus tard dans l’année’, si la procédure de recrutement se déroule bien.

Après 16 années qui ont été marquées par de nombreux rachats, notamment son principal concurrent, l’Américain Anheuser-Busch (Budweiser) contre 52 milliards de dollars, et puis l’Anglais SABMiller contre plus de 100 milliards de dollars en 2015, Carlos Brito laisse AB Inbev en géant incontesté de la bière devant Heineken.

Dette colossale

Il y a un vent de changement au sein du groupe. Ces 18 derniers mois, le directeur financier et le président ont été remplacés.

Les actions du groupe ont atteint un montant record en 2015. Mais le rachat de SAB Miller a depuis plombé l’enthousiasme, le groupe faisant toujours face à un énorme endettement (87 milliards de dollars, un montant 5 fois supérieur aux bénéfices). Les investisseurs sont inquiets, ce qui a fait baisser les actions du groupe de 60%. Brito a décidé dans la foulée de procéder à quelques cessions pour éponger cette dette, en plus de réduire les dividendes.

La crise du coronavirus a aussi bien évidemment touché de plein fouet le groupe brassicole.

Tournant

Son départ marquera certainement un tournant historique après celui de Jean-François van Boxmeer du côté de Heineken plus tôt cette année.

Son successeur devra obtenir l’assentiment de deux blocs clés: les familles belges propriétaires de l’ancien Interbrew et les trois Brésiliens qui formaient 3G Capital.