À quand la fin du masque obligatoire dans les rues de Bruxelles ? ‘Pas avant mi-septembre’

Rudi Vervoort
Rudi Vervoort, minister-president van het Burssels Hoofdstedelijk Gewest. – Bron: Isopix

Au micro de Bruzz, le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) a expliqué qu’une nouvelle évaluation sera faite mi-septembre.

Cette obligation du port de masque partout en Région bruxelloise fait polémique. Car difficilement acceptée par tous. Et le Conseil national de sécurité de ce jeudi a peu évoqué le sujet. Sophie Wilmès (MR) s’est contentée d’expliquer que les mesures nationales (port du masque dans les commerces et espaces publics) restaient de mise. Aux Régions et communes de fixer des règles supplémentaires et de les amender.

Justement, à sa sortie du CNS, Rudi Vervoort a été interpellé par le média Bruzz. L’obligation va être prolongée, jusqu’à la mi-septembre. Après quoi une nouvelle évaluation sera faite. La raison ? ‘Avec le retour des vacanciers, notamment de zones rouges, et la rentrée scolaire, le moment n’est pas venu de rester les bras croisés. Le port du masque restera obligatoire jusqu’à la mi-septembre, afin de voir comment la situation épidémiologique évolue avec le retour des vacances et la rentrée des enfants à l’école.’

Le lot des grandes capitales

Doit-on craindre des mesures supplémentaires pour la capitale, comme le recommandaient certains experts ? ‘La situation épidémiologique à Bruxelles n’est toujours pas comparable à celle d’Anvers voici un mois, mais nous devons évidemment être attentifs. Dans toute l’Europe, nous constatons que les grandes villes, comme Paris par exemple, sont les plus touchées par les infections. Bruxelles est du même ordre. Le Celeval nous a plutôt conseillé de prendre des mesures ciblées dans les quartiers où des foyers peuvent se créer’

Il est vrai que la situation tend à se stabiliser dans la capitale. Comme dans le reste de la Belgique d’ailleurs. Mais la rentrée et le retour des vacances seront certainement un défi.

Quant au port du masque obligatoire, s’il a montré son efficacité dans les espaces clos, c’est beaucoup moins évident à l’air libre. Il s’agit plutôt d’un message, rétorque le monde politique : il doit inciter à la prudence. Seule Madrid a pris les mêmes dispositions, au niveau européen.