Marchés:
Chargement en cours…

MARDI 22 SEP

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

7 graphiques montrant comment le capitalisme de ‘destruction créatrice’ s’est transformé en capitalisme de planche à billets

Logo Business AM
Économie

11/08/2020 | Dominique Dewitte | 9 min de lecture

Esma Cakir/dpa

Depuis les années 70 et 80, le capitalisme néolibéral s’est basé principalement sur la ‘destruction créatrice’, un terme théorisé par l’économiste autrichien Joseph Schumpeter. Un processus économique qui a pris fin au cours des deux dernières décennies. Les progrès technologiques stagnent, de plus en plus de personnes sont obligées d’accepter des emplois mal rémunérés dans le secteur des services, de plus en plus de pouvoir est concentré dans une poignée de grandes entreprises. Les banques centrales et les gouvernements ne voient pas d’autre option que de compenser le manque de croissance économique en s’endettant. Le capitalisme de croissance destructrice cède ainsi la place au capitalisme de l’imprimerie monétaire.

La ‘destruction créatrice’ veut que les concurrents – souvent poussés par les nouvelles technologies – commercialisent des produits meilleurs et moins chers que leurs collègues plus anciens. La destruction créatrice est comprise comme ‘un processus d’innovation continue’, ‘dans lequel les applications réussies de nouvelles techniques détruisent les anciennes’. Selon Schumpeter, c’était la seule véritable source de croissance économique.

Wikipédia: ‘L’innovation portée par les entrepreneurs est la force motrice de la croissance économique sur le long terme. Schumpeter emploie l’image d’un ‘ouragan perpétuel’ : dans l’immédiat, il peut impliquer pour certaines entreprises présentes sur le marché une destruction de valeur spectaculaire. Le phénomène affecte tout type d’organisations mêmes les plus importantes ou celles censées jouir jusque-là d’une position apparemment forte ou dominante (y compris sous la forme d’une rente de situation ou d’un monopole).’

De l’autre côté de cette ligne de pensée, selon Schumpeter, il y avait ‘des mesures qui concernent de l’argent injecté dans l’économie pour promouvoir la croissance’.

Le capitalisme néolibéral – tel qu’il était défendu par Schumpeter – a subi une pression croissante au cours des 20 dernières années. La banque d’investissement française Natixis publie une série de graphiques qui le montrent clairement.

Croissance inégale des revenus

Une répartition des revenus de plus en plus inégale avec des salariés gagnant de moins en moins (ligne violette) par rapport à la croissance de la productivité (ligne grise), qui à son tour a conduit à des bénéfices plus importants pour les entreprises.

Chute de la productivité

Cette croissance de la productivité, de manière isolée, a continué de baisser depuis le début des années 60.

L’industrie a cédé la place aux services

De plus, les emplois dans le secteur de la production (ligne violette) ont cédé la place à des emplois (souvent mal payés) dans le secteur des services (ligne grise).

Concentration d’une plus grande part de marché avec de moins en moins d’entreprises

De plus, de moins en moins d’entreprises détiennent de plus en plus de parts de marché, notamment aux États-Unis. Là, quelques mastodontes contrôlent une grande partie de l’économie. Depuis 1997, la concentration du marché s’est accrue dans les deux tiers du secteur manufacturier américain.

Un dixième de l’économie se caractérise par des industries dans lesquelles 4 entreprises contrôlent plus des deux tiers du marché. Une tendance similaire est observée en Europe, quoique moins extrême. La part de marché des 4 plus grandes entreprises de chaque industrie a augmenté de 3% depuis 2000. Il devient de plus en plus difficile de détrôner le leader du marché aux États-Unis, mais aussi en Asie. Cela s’applique notamment aux secteurs dans lesquels il n’y a pratiquement pas de concurrence (Facebook et Google, par exemple).

La croissance économique stagne, tout comme son potentiel

Depuis l’an 2000, il y a eu une baisse claire et générale de la croissance économique et de la croissance économique potentielle.

Les causes?

  1. La démographie. Nous faisons moins d’enfants, donc il y a moins de demande de produits. Nous vieillissons également et vivons plus longtemps, ce qui augmente le coût de nos soins de santé. Les personnes âgées sont également plus soucieuses d’épargner que de dépenser de l’argent.
  2. Le ralentissement de la productivité des économies émergentes et la révolution technologique (A.I.). Cette dernière est la première révolution technologique de l’histoire mondiale à détruire des emplois sans en créer de nouveaux – ou du moins très peu.
  3. Enfin, un changement sociétal peut être observé dans le comportement des millenials et la façon dont ils consomment. Cette génération traite l’argent de manière différente (écologie, économie du partage, louer au lieu d’acheter, etc.)

Les gouvernements et les banques centrales compensent en maintenant les taux d’intérêt artificiellement bas…

Les gouvernements et les banques centrales ont tenté de compenser ce manque de croissance économique en maintenant les taux d’intérêt (ligne grise) artificiellement bas.

… et en imprimant de l’argent

Peu de temps après la crise financière de 2008, a commencé une création monétaire sans égal dans l’histoire. La crise du coronavirus a maintenant contraint les banques centrales à intensifier encore davantage l’expansion monétaire.

Mais l’argent injecté dans l’économie par les banques centrales a de moins en moins d’impact sur la croissance économique et l’inflation. En d’autres termes, de plus en plus d’argent est disponible, mais rien n’est fait avec. (Par conséquent, la majeure partie de cet argent circule dans l’immobilier et les actifs où la formation de bulles est inévitable.) Nous avons moins de croissance économique, qui est de plus en plus susceptible de s’arrêter complètement.

Conclusion: le capitalisme néolibéral, qui reposait sur la destruction créatrice et est apparu après 1980, a cédé la place au cours des 20 dernières années à un système dans lequel l’économie est soutenue par une intervention gouvernementale sous la forme d’une baisse continue du taux d’intérêt principal et d’une politique monétaire expansionniste.

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Corona Virus Update

  • Monde
  • Nombre
    d'infections
    31.016.799
  • Nombre
    de décès
    960.634
  • Belgique
  • Nombre
    d'infections
    102.295
  • Nombre
    de décès
    9.948
Biden vs Trump
ÉLECTIONS AMÉRICAINES
Suivez le live ici chaque jour
Logo Business AM

Business AM | Stocks