3 raisons pour lesquelles les prix du pétrole ne baisseront pas de sitôt

Les prix du pétrole restent élevés, et même une augmentation de la production par le cartel pétrolier OPEP et ses alliés ne pourra faire baisser la pression. Ceux qui espèrent que les prix vont bientôt baisser de manière significative seront déçus.

Le prix du baril de pétrole Brent, la référence des prix dans notre région, a brièvement atteint 123,55 USD fin mai, son plus haut niveau depuis fin mars. Entre-temps, le prix a oscillé autour des 121 dollars le baril. La récente décision de l’OPEP+ d’augmenter la production de 648.000 barils par jour en juillet et août a donc eu peu d’impact sur les prix. En mai et juin, 432.000 barils supplémentaires seront injectés par jour sur le marché.

Matt Smith, analyste pétrolier en chef pour l’Amérique du Nord et du Sud au sein de la société d’analyse Kpler, a déclaré à CNN que les « prix du pétrole à trois chiffres » devraient persister. Il voit trois raisons pour lesquelles le prix du pétrole ne faiblira pas rapidement et pourrait même augmenter davantage.

L’Europe veut se débarrasser du pétrole russe

La hausse du prix du pétrole a récemment reçu un coup de pouce supplémentaire quand l’Union européenne a annoncé un sixième train de sanctions contre la Russie. Celui-ci prévoit notamment que, d’ici la fin de l’année, 90 % des importations de pétrole russe seront annulées. En outre, il y aura une interdiction d’assurance pour les pétroliers transportant du brut russe.

Le prix élevé du pétrole est donc principalement dû à des problèmes d’offre, car ces mesures mettront l’un des plus grands producteurs de pétrole sur la touche. Même si la hausse de l’inflation et la faiblesse de la croissance font craindre une récession, il est peu probable que la demande mondiale de pétrole diminue suffisamment pour faire baisser les prix comme cela a été le cas en 2008.

« Le bloc européen, quant à lui, cherche d’autres fournisseurs », note M. Smith. Selon les données de Kpler, les importations de pétrole brut en provenance d’Angola ont triplé depuis le début de la guerre, tandis que les volumes exportés par les Brésiliens et les Irakiens ont augmenté respectivement de 50 et 40 %.

« Acheter du pétrole à des endroits plus éloignés maintiendra les prix élevés », a prévenu Roslan Khasawneh, analyste pétrolier de la société de données Vortexa, dans un commentaire à CNN. « Les trajets plus longs impliquent des coûts de transport plus élevés », a-t-il expliqué.

L’OPEP+ en fait très peu

L’OPEP+ a décidé d’augmenter sa production en juillet et en août, alors que les pays occidentaux demandent depuis un certain temps que davantage de barils de pétrole soient mis sur le marché. Mais les calculs de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) démontrent que les 648.000 barils supplémentaires qui seront produits à partir de juillet ne suffiront pas à éliminer l’impact des sanctions contre la Russie. Selon l’organisation intergouvernementale, 3 millions de barils supplémentaires par jour seraient nécessaires.

M. Smith note qu’il s’agit d’un objectif difficile à atteindre. « Même avant la guerre en Ukraine, les producteurs de pétrole réduisaient leurs investissements dans la production en se tournant vers les énergies renouvelables. Et l’OPEP a ses limites », a déclaré l’analyste. « L’OPEP+ a déjà du mal à suivre le rythme de l’accord actuel – même les principaux membres de l’OPEP comme l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Koweït ont exporté nettement moins le mois dernier qu’en avril. »

La Chine assouplit les mesures de confinement

Enfin, la Chine assouplit les mesures strictes de confinement instaurées pour endiguer le coronavirus dans les grandes villes de Shanghai et de Pékin. Cela donnera une impulsion supplémentaire à la demande de pétrole. M. Smith ne s’attend toutefois pas à une forte augmentation de la demande.

« Mais la plus grande pression à la baisse sur les prix a été supprimée, ce qui est une autre raison de s’attendre à ce que les prix se stabilisent autour des niveaux actuels à l’avenir », ajoute-t-il.

« Si la demande chinoise reprend après l’arrêt de la production et que la production en Russie continue de baisser, un retour au sommet de 139 $ du début de l’année n’est pas inconcevable », conclut M. Smith.

MB

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20