Votre chien peut reconnaître une langue (humaine) étrangère à la sienne (ce qui est unique dans le monde animal)

Les chiens perçoivent-ils la différence entre, par exemple, le français et le néerlandais ? Apparemment oui : ils comprennent qu’il s’agit de deux langages humains distincts, même s’ils n’en comprennent qu’un seul des deux. Une particularité unique parmi nos animaux domestiques, du moins jusqu’à preuve du contraire.

Votre chien vous comprend-t’il vraiment ? C’est la question que se posent tous les propriétaires de toutous, avec des réponses assez variables selon le comportement de l’animal. Encore qu’en général, il vous comprend assez bien, mais de là à vous obéir, c’est un autre os à ranger. Mais qu’en est-il des autres langues humaines ? Selon une nouvelle étude, si vous déménagez à l’étranger avec votre chien, il se peut qu’il ait du mal à s’adapter à son nouvel environnement, car les humains qu’il croisera sonneront très étrangement à ses oreilles.

Mais il comprendra qu’il s’agit bien d’un nouveau langage, et non de mots du vôtre qu’il n’aurait pas encore appris: des examens IRM ont révélé que le cerveau des chiens peut distinguer les langues familières des langues inconnues, ce qui en fait les premiers animaux non humains, et les seuls à ce jour, à pouvoir faire la différence entre différentes langues humaines.

Promenade en Hongrie pour un chien mexicain

Cette nouvelle étude, qui a été publiée en ligne le 12 décembre 2021 dans la revue NeuroImage, a été conçue par Laura Cuaya, neurobiologiste à l’université Eötvös Loránd en Hongrie, qui a récemment quitté le Mexique pour s’installer à Budapest avec son chien Kun-kun, rapporte Science Alert.

« Nous avons remarqué que les habitants de Budapest étaient très amicaux avec les chiens et s’approchaient souvent de Kun-kun pour lui parler », a déclaré Cuaya à Live Science. « Kun-kun prête habituellement beaucoup d’attention aux gens, alors je me suis demandé s’il avait remarqué que les gens de Budapest parlaient une langue différente. »

18 toutous face au Petit Prince

Bien sûr, la chercheuse ne pouvait se limiter à l’opinion de Kun-kun. Elle a donc rassemblé 17 de ses congénères afin de leur faire passer un examen IRM. Une fois installé dans la machine, chacun des 18 chiens était confronté à plusieurs versions d’un même texte : une lecture en espagnol du célèbre livre pour enfants « Le Petit Prince », une lecture en hongrois du même livre et une série de bruits humains qui ne ressemblaient en rien à des paroles. Tous les chiens, Kun-kun et ses 17 compagnons hongrois, n’avaient été exposés qu’à une seule des deux langues, ce qui signifie que l’une leur était familière et l’autre inconnue. La troisième audition, celle sans paroles articulées, servant d’expérience-contrôle.

Or, les scanners ont révélé que les chiens étaient non seulement capables de distinguer clairement la parole des onomatopées, mais qu’ils réagissaient également différemment aux langues familières et non familières. Une capacité qui n’était toutefois pas identique chez tous les animaux : certains, les plus âgés, semblaient plus à même de distinguer leur langage humain de référence d’un autre idiome.

Des millénaires d’évolution à nos côtés

« Le cortex auditif primaire détecte si un son est de la parole ou non », explique-t-elle. « Ensuite, le cortex auditif secondaire fait la différence entre une langue familière et une langue non familière. Je pense que la principale raison pour laquelle les chiens plus âgés sont plus aptes à différencier les langues est le degré d’exposition à la langue », a déclaré Cuaya. « Les chiens plus âgés ont eu plus d’occasions d’écouter les humains lorsqu’ils parlent. »

Si cette expérience nous permet d’avoir un aperçu unique de comment nos chiens perçoivent notre espèce dans toute sa diversité, il n’est pas exclu que d’autres animaux soient aussi capables de comprendre que nous ne parlons pas tous la même langue.

Mais canis lupus familiaris de son nom latin -le loup familier, littéralement – présente une particularité unique dans la relation qu’il entretient avec l’humanité : même parmi les animaux domestiques, il est un des rares à écouter attentivement ce qu’on lui dit. « Leur cerveau a détecté la différence spontanément, peut-être en raison du processus de domestication », a déclaré Cuaya. « S’il est possible que de nombreuses espèces puissent faire la distinction entre les langues humaines, les chiens sont l’une des rares espèces à vouloir nous entendre. » Il faut dire que le canidé nous écoute depuis fort longtemps : le chien est le seul animal domestiqué dès le paléolithique, il y a 12.000 ans, voire selon quelques indices, 18.000 ans. Et certains chercheurs pensent que des tentatives précédentes de domestication peuvent remonter à plus de 30.000 ans. Le débat est toujours ouvert, et le chien écoute.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20