Vooruit, le CD&V, les Verts s’en tiennent à la réduction de la TVA : l’accord sur l’énergie est entre les mains de l’Open VLD

Le sommet du gouvernement fédéral permettra-t-il de dénouer le nœud des factures énergétiques ? Après un week-end au cours duquel il ne s’est rien passé ou presque au sein du kern, la pression est immense sur le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) et ses vice-premiers ministres. Les cartes sont également claires : la cheffe de groupe Maggie De Block (Open Vld) a finalement ouvert la porte à une réduction de la TVA, la seule option élaborée techniquement ce week-end par le ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&V) et la ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten (Groen). Ces deux derniers répètent avec force leur plaidoyer en faveur d’une « réduction intelligente ». Le CD&V, les Verts et les socialistes semblent être sur la même ligne. Le MR n’est pas contre une telle réduction. Il apparait donc que le Premier ministre De Croo, qui avait fait obstruction mercredi dernier, devra faire marche arrière.

L’actualité : L’horloge se rapproche inexorablement de la « date butoir » du 1er février. Avant cette date, le tarif social devrait être prolongé, c’est une quasi-certitude. D’autant que mercredi, la moitié du gouvernement partira au Moyen-Orient.

Les détails : Les partis du gouvernement sont en fait d’accord sur ce point. Mais il est « lié » au reste du dossier sur l’énergie.

  • Le CD&V a joué un rôle quelque peu atypique au cours des dernières semaines : c’est le parti, qui, avec le vice-premier ministre Van Peteghem en tête, a mis la proposition de réduction de la TVA sur la table, et ainsi ouvert les débats dès la fin des fêtes de fin d’années. Un jeu offensif : ce n’est pas exactement la marque de fabrique des chrétiens-démocrates.
  • Cela a produit une alliance avec le parti socialiste flamand Vooruit, qui, avec son président Conner Rousseau, plaide en fait depuis des mois pour une réduction de la TVA.
  • La semaine dernière, du mercredi soir au jeudi matin, le tandem CD&V et Vooruit s’est confronté au Premier ministre. En guise de compromis, ce dernier avait mis sur la table une prime unique de 100 euros, après que son propre parti a été le seul à opposer son véto à la réduction de la TVA. Les vice-premiers ministres Van Peteghem (CD&V) et Frank Vandenbroucke (Vooruit) ont joué à quitte ou double mais sont repartis les mains vides.
  • Jeudi, cela a donné lieu à un débat houleux au cours duquel le CD&V et Vooruit s’en sont pris directement à De Croo, appelant à une « solution structurelle » et rappelant de manière taquine au Premier ministre « qu’il s’agissait bien d’un gouvernement de réformes, non ? »
  • L’affrontement ne s’est pas poursuivi ce weekend sur le plateau de télévision du Zevende Dag, Vooruit et le CD&V préférant pacifier la situation. D’autant plus que Van Peteghem et Van der Straeten travaillaient toujours sur une solution technique pour réduire la TVA.
  • Groen et l’Open VLD n’ont pas décliné l’invitation, malgré un flot de SMS du CD&V qui enjoignait le Premier ministre d’interdire la participation des partis de la majorité à l’émission dominicale de la VRT. Maggie De Block (Open Vld) et Wouter De Vriendt (Groen) se sont présentés. « Au moins nous, nous avons osé venir », a déclaré fièrement De Block, à propos de ses collègues de CD&V et Vooruit.

Conclusion : le virage vers une réduction de la TVA semble avoir été amorcé.

  • Bien que CD&V et Vooruit ne se soient pas présentés dans les studios, leur position n’a pas changé. Au contraire.
  • Mais dans le même temps, on a pu constater que Groen et l’Open Vld étaient optimistes quant à l’issue favorable du dossier : « Le gouvernement s’en sortira à court terme », entendait-on dans les couloirs ce dimanche. Si les contacts techniques au niveau des cabinets s’avèrent bons, un kern pourrait être une possibilité dès ce lundi. Ainsi, la Vivaldi pourrait enfin faire aboutir ce dossier délicat et montrer qu’elle peut décider.
  • Quoi qu’il en soit, Groen a été clair, même devant les caméras : « Le gouvernement est sous haute pression. Il est extrêmement important pour nous que la Vivadi prenne une décision rapidement. Le kern doit se réunir bientôt. Le temps des débats est terminé. C’est le money time, le moment de vérité », a déclaré Wouter De Vriendt.
  • Ce qui est surprenant, c’est que mercredi, Groen, par l’intermédiaire de la vice-première ministre Petra De Sutter, avait prudemment accepté la proposition de compromis de De Croo, à savoir un chèque unique. Mais ce week-end, les Verts se sont rapprochés du CD&V et de Vooruit : pour De Vriendt, devant la télévision, il fallait « une réduction intelligente de la TVA ». Et même ailleurs au sein du parti, on le confirme désormais : « Vincent et Tinne sont considérés comme les experts. Et ils ont cliqué ensemble depuis longtemps maintenant. »
  • C’est maintenant au tour de l’Open VLD de prendre un virage. « Mercredi, le Premier ministre se concentrait clairement sur cette prime de 100 euros », entend-on. « Mais désormais, il y a une certaine ouverture », a déclaré un partenaire de la coalition.
  • Cette ouverture semble provenir de Maggie De Block, qui, dans les studios de la VRT, ne rejette plus résolument la réduction de la TVA : « Ce qui nous est présenté maintenant est déjà une proposition mieux élaborée. Ce qui a été lancé dans les médias les semaines précédentes n’était pas calculé. Nous ne pouvions pas signer un chèque en blanc. Nous n’allions pas faire une chose à l’aveuglette, faire un trou, un cratère de 2 milliards dans le budget », a déclaré la cheffe de groupe libéral. Par cette déclaration, elle n’exclut plus la réduction de la TVA : une remarque bien notée par tous les partis.
  • La discussion semble donc basculer. Du côté francophone, le PS et Ecolo plaident tous deux pour des « solutions durables ». « Il y a un éventail de propositions, il faut décider maintenant, il est temps d’atterrir », a déclaré dimanche Zakia Khattabi (Ecolo), ministre du Climat sur RTL-TVi.
  • Ce lundi matin sur La Première, la ministre des Pensions Karine Lalieux (PS) se montrait elle aussi optimiste face à l’urgence : « Je suis certaine que le signal sera donné cette semaine, il y va de la crédibilité du gouvernement. »
  • Le MR n’est pas opposé à une baisse de la TVA, à condition que l’ensemble de l’opération ne soit pas négative d’un point de vue fiscal, les accises devenant bientôt aussi élevées que la baisse de la TVA.
  • L’Open Vld prend donc un virage et semble ne plus s’opposer à une réduction de la TVA. À cette mesure de TVA s’ajoutera, en tout état de cause, une extension du tarif social.
  • Ces tarifs sociaux devraient en principe être prolongés avant la fin de ce mois, afin d’éviter qu’un demi-million de familles ne reçoivent un courrier indiquant que leur tarif préférentiel expirera en mars. Cette question semble déjà résolue : la prolongation du tarif jusqu’à l’été aura lieu, tout le monde est d’accord. Et Van der Straeten a demandé aux fournisseurs de ne pas envoyer leur courrier, dans tous les cas, même si la décision ne pouvait être prise d’ici le 1er février.

La vue d’ensemble : La Vivaldi ne peut plus stagner. Et Vooruit et le CD&V vont bientôt pouvoir triompher.

  • Le dossier de la facture énergétique semble arriver à son point d’ébullition. Après presque trois semaines de querelles, le temps est clairement compté. Après que le Premier ministre De Croo a lui-même fait monter le dossier en température, son compromis s’est transformé en échec la semaine dernière.
  • Cette semaine, le Premier ministre doit donc trouver un nouvel accord, ne serait-ce que pour permettre à la Vivaldi de commencer 2022 avec un peu d’éclat, avant de devoir régler les gros dossiers à venir: les retraites, de la réforme du marché du travail et la sortie du nucléaire. Mais cela signifie que De Croo devra se plier devant le duo Vandenbroucke-Van Peteghem.
  • Le timing est également serré : dès mercredi, le roi et la reine partiront pour Oman et les Émirats arabes unis, avec toute une série de ministres dans leur sillage : les deux vice-premiers ministres Sophie Wilmès (MR) et Pierre-Yves Dermagne (PS) seront de la mission, ainsi que la ministre de l’Énergie Van der Straeten. Sans ces acteurs cruciaux, il semble difficile de conclure un accord sur les factures énergétiques : il faut donc le faire avant mardi soir.
  • Si l’accord est conclu, avec une réduction de la TVA, il y aura des conséquences. Car cette fois, le CD&V aura pu enfin s’affirmer. Et l’immense majorité du dossier aura été traité du côté flamand. C’est un facteur nouveau pour la Vivaldi, qui, au cours de ses deux premières années, a surtout dû faire face aux querelles du côté francophone : Georges-Louis Bouchez (MR), mais aussi Paul Magnette (PS) et Jean-Marc Nollet (Groen) semblaient parfois intenables dans leur volonté de marquer la Vivaldi de leur couleur.
  • Il est d’ailleurs frappant de voir qu’au même moment, Magnette se penchait lui déjà sur le dossier des retraites. Il se dit « zen » et rappelle, une fois de plus, que l’augmentation à 1 500 euros de la pension minimale est dans la poche depuis longtemps. « Si les libéraux veulent deux taux, avec plus d’argent pour ceux qui ont travaillé plus longtemps, ils peuvent le faire. Mais alors l’autre taux doit être encore plus élevé », a-t-il déclaré ce week-end. Le président Bouchez a fait un nouveau plaidoyer ce dimanche sur RTL-TVi en faveur d’une retraite qui « récompense le travail ». Une pension plus juste pour ceux « qui se lèvent tous les matins ». « Il n’est pas normal que quelqu’un qui a travaillé un an et chôme 28 ans ait une pension supérieure à un indépendant qui a travaillé pendant 29 ans ». Comprendre: la période de chômage ne doit plus entrer en ligne de compte dans la comptabilisation du nombre d’années d’une carrière.
  • Un nouveau débat intense en perspective. Les propos du président du PS ne sont en tout cas pas agréables à entendre pour l’Open Vld qui voulait marquer le dossier de son empreinte. En ce qui concerne la réforme des retraites, très peu de choses semblent réalisables pour le moment.
Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20