Une voiture qui roule sur des rails : le nouveau projet surprenant de l’ancien ministre de l’Économie français

La voiture du futur pourrait être autonome en roulant sur des rails. Arnaud Montebourg, actuel président de la Sicef (Société d’ingénierie, de construction et d’exploitation de la Ferromobile), mise sur une voiture électrique qui pourrait rouler sur la route, mais aussi sur les voies de chemins de fers.

Pourquoi est-ce important ?

La voiture de demain est un sujet qui nous concerne tous. L’essence et le diesel polluent trop et l’électrique n’est pas encore tout à fait optimal. Une solution alternative pourrait donc être, comme la Micheline des années 30, de faire rouler des voitures sur des rails. C'est en tout cas l'idée de l'ancien ministre français de l'Économie.
La Micheline (Ferromobile)

L’innovation

  • La camionnette pourrait transporter des voyageurs « 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 » de façon autonome, explique un Montebourg plein de conviction, sur BFM TV.
  • Cela permettrait de réutiliser les petites lignes ferroviaires à l’abandon sans les remettre à neuf et, de ce fait, faire des économies. Un transport express régional (TER) pèse 60 tonnes et coûte 11 millions d’euros. Le véhicule polyvalent, la Ferromobile, couterait 50 000€ et pèserait 2 tonnes.
  • Rénover une voie ferrée pour faire passer un train coute près d’un million d’euros par kilomètre et peut monter jusqu’à deux millions d’euros pour l’électrifier. La Ferromobile, elle, « coûte dix fois moins cher en coût d’infrastructures et trois fois moins cher en exploitation » explique l’ex-ministre sur le plateau de BFM TV.
  • La Ferromobile contourne le problème actuel de l’autonomie des voitures électriques, car en roulant sur des rails, la voiture roule de façon autonome. « La voiture est pilotée à distance de la même manière que les lignes de métro automatique » explique l’ancien ministre.
  • Le véhicule pouvant transporter jusqu’à 8 personnes serait réservable par applications ou via des bornes dédiées. Les usagers ne seraient plus dépendants d’horaires, comme le rapporte Arnaud Montebourg : « Il n’y a plus d’horaires : on n’attend plus l’autocar ou le train. »

L’enjeu

  • Créer une alternative pour les trains qui roulent vide « à 75% en moyenne », selon Arnaud Montebourg.
  • Créer une alternative à la voiture avec un système de transport en commun plus vert.
  • Les premières lignes devraient être inaugurées dans le sud de la France d’ici 2024 ou 2025.  
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20