Voici les sauterelles renifleuses de bombes (ceci n’est pas de la science-fiction)

Baranidharan Raman/Washington University à St. Louis (New Scienstist)

L’université de Washington a eu l’idée de faire appel au sens olfactif de la sauterelle américaine, nommée Schistocerca americana, afin de détecter des bombes biologiques.

C’est une découverte digne d’un film de science-fiction que nous relate New Scientist. Oubliez les chiens renifleurs, il s’avère que les insectes sont bien meilleurs en la matière. Leurs antennes sont effectivement équipées de neurones récepteurs olfactifs capables de détecter la présence d’odeurs chimiques dans l’air. Quand on sait que chaque antenne de sauterelle possède environ 50.000 de ces neurones, leur utilité ultime est toute trouvée, en tout cas aux yeux de Barani Raman et de son équipe de chercheurs.

Leur méthode: souffler des vapeurs de différents matériaux explosifs sur des antennes de sauterelles, tout naturellement. Les scientifiques ont ensuite implanté des électrodes dans les lobes des antennes et ont ainsi découvert que différents groupes de neurones étaient activés lors de l’exposition aux explosifs.

En analysant ces signaux électriques, ils ont même pu constater que les sauterelles sont capables de distinguer les vapeurs explosives entre elles. Si cette étude n’a pas testé la capacité de détection en présence d’autres odeurs, on peut néanmoins saluer une compétence digne d’un pokémon bien entraîné. Ou plutôt d’une sauterelle-cyborg, vu le dispositif nécessaire.

Le règne de la sauterelle-cyborg

L’équipe a en effet muni les sauterelles de minuscules sacs à dos agrémentés de capteurs qui enregistrent et transmettent l’activité électrique presque instantanément à un ordinateur. Le tout sans fil. L’anecdote moins drôle, c’est que leur cerveau a continué à détecter les explosifs jusqu’à sept heures après que les chercheurs aient implanté les électrodes… Avant qu’elles ne se fatiguent et finissent par mourir.

Notons qu’il s’agit d’un projet bien sérieux puisque financé par le Bureau de la recherche navale des États-Unis. Les chercheurs pensent d’ailleurs que les sauterelles pourraient être utilisées à des fins de sécurité intérieure. La sauterelle, la nouvelle meilleure amie du démineur?

Lire aussi: