Un premier pays de l’UE disposé à suspendre ses importations de pétrole et de gaz russes

La Lituanie est le premier pays de l’UE prêt à arrêter immédiatement l’importation de pétrole et de gaz russes. C’est remarquable, car il y a quelques années encore, le pays dépendait de la Russie pour plus de 60 % de ses importations de pétrole.

Le président lituanien, Gitanas Nauseda, a déclaré que son pays était prêt à fermer le robinet à pétrole et à gaz de la Russie. « Cela causerait quelques problèmes, mais ils ne seraient pas critiques », a déclaré le président.

Un groupe de 100 députés européens avait annoncé la semaine dernière qu’une interdiction immédiate de l’énergie russe était nécessaire. Ils ont invoqué une résolution adoptée par le Parlement européen en avril 2021, qui stipule qu’en cas d’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’UE devrait immédiatement cesser d’importer du pétrole et du gaz en provenance de ce pays.

L’Europe paie environ 600 millions d’euros par jour pour le gaz et le pétrole russes, ont indiqué les députés. La Russie peut utiliser cet argent pour financer ses efforts de guerre, ont fait valoir les législateurs.

Terminal GNL

Pourtant, une interdiction générale de l’énergie russe pour l’Europe n’est pas imminente. 40 % du gaz qui arrive dans l’UE est acheté en Russie. L’Union a déclaré vouloir réduire de deux tiers sa dépendance à l’égard de ce gaz d’ici un an. D’ici 2030, l’UE devrait alors être totalement indépendante du gaz et du pétrole en provenance de Russie.

En revanche, les États-Unis, qui obtiennent moins de 10 % de leur gaz et de leur pétrole de la Russie, ont déjà annoncé une interdiction totale. Le Royaume-Uni supprime progressivement ses importations de pétrole russe.

Le président lituanien a déclaré que la sortie de son pays des sources d’énergie russes prendrait également du temps. « Mais nous sommes mieux préparés à une telle réduction des sources d’énergie russes que de nombreux autres pays de l’UE », a-t-il déclaré.

Au cours de la dernière décennie, la Lituanie a fait des efforts pour réduire sa dépendance à l’égard de la Russie pour son gaz naturel. Le pays a notamment ouvert son propre terminal GNL (destiné à recevoir les navires transportant du gaz naturel liquéfié), le bien nommé Independence. Toutefois, il reste encore beaucoup de travail à faire dans le domaine de l’indépendance vis-à-vis de l’électricité, a déclaré M. Nauseda.

En 2019, le pays balte a importé 63 % de son pétrole de Russie, mais ce chiffre aurait déjà été réduit. Une nouvelle raffinerie de pétrole en Lituanie aurait signé un accord avec Saudi Aramco. Le pétrole brut en provenance de Russie ne serait donc déjà plus acheté aux Russes.

Seul moyen

Lors d’une réunion avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken la semaine dernière, M. Nauseda a déclaré que si l’on ne parvenait pas à arrêter Vladimir Poutine en Ukraine, cela conduirait à une troisième guerre mondiale.

« Il est de notre devoir collectif en tant que nation d’aider tous les Ukrainiens par tous les moyens disponibles », a déclaré M. Nauseda. « Par tout, j’entends bien tout, si nous voulons éviter la troisième guerre mondiale. Le choix est entre nos mains. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20