Un journal danois s’excuse pour sa couverture peu critique de la pandémie: « Nous avons échoué »

Le tabloïd danois Ekstra Bladet a présenté des excuses publiques pour sa couverture de la pandémie de coronavirus. Pour son « attitude non critique » à l’égard de la politique du gouvernement danois au plus fort de la pandémie, le journal demande pardon à ses lecteurs.

Ce n’est pas la première fois qu’un média fait un mea culpa pour sa couverture de la pandémie de coronavirus. En août de l’année dernière, Bild, le plus grand journal allemand, avait présenté ses excuses pour ses articles. Le rédacteur en chef avait déclaré qu’il avait particulièrement honte vis-à-vis des enfants allemands à qui l’on avait dit « qu’ils allaient tuer leur grand-mère ».

Dans un autre registre, en Suisse, le patron d’un groupe de médias a récemment été critiqué pour avoir demandé à ses journalistes d’adopter la « ligne pro-gouvernementale » au sujet de la crise sanitaire.

Aujourd’hui, un journal danois a publié des excuses pour son traitement peu critique de la pandémie. Le mea culpa occupe une page entière du journal et a pour titre « Nous avons échoué ».

« Pas assez vigilants »

  • L’article commence par cette intro: « DEPUIS PLUS DE DEUX ANS, nous – la presse et le public – avons été absorbés de manière presque hypnotique par les chiffres quotidiens des autorités sur l’affaire du coronavirus. »
  • « NOUS AVONS OBSERVE les fluctuations du pendule numérique en ce qui concerne les personnes infectées, hospitalisées et décédées à cause du coronavirus. Et nous nous sommes fait expliquer la signification des plus petits mouvements du pendule par des experts, des politiciens et des autorités, qui nous ont constamment mis en garde contre le monstre corona endormi sous notre lit. Un monstre qui n’attend que notre endormissement pour frapper dans l’obscurité et la pénombre de la nuit. »
  • « LA VIGILANCE MENTALE CONSTANTE nous a tous énormément épuisés. C’est pourquoi nous – la presse – devons également faire le point sur nos propres efforts. Et nous avons échoué. »
  • « NOUS N’AVONS PAS été assez vigilants lorsque les autorités ont dû répondre à la question de savoir ce que signifiait réellement le fait que des personnes soient hospitalisées avec le Covid et non à cause du Covid. Parce que cela fait une différence. Une grande différence. Exactement, il a été démontré que les chiffres officiels d’hospitalisation étaient 27% plus élevés que le chiffre réel du nombre de personnes hospitalisées à cause du coronavirus. Nous ne le savons que maintenant. »

« Super hôpitaux »

  • « NATURELLEMENT, ce sont d’abord et avant tout les autorités qui ont la responsabilité d’informer correctement, précisément et honnêtement la population. Les chiffres concernant le nombre de malades et de morts à cause du coronavirus auraient dû être publiés depuis longtemps pour des raisons évidentes, afin que nous puissions avoir l’image la plus claire du monstre sous le lit. »
  • « DANS L’ENSEMBLE, les messages des autorités et des politiciens à la population dans cette crise historique laissent beaucoup à désirer. Et c’est pourquoi ils mentent, comme ils l’ont fait lorsqu’une partie de la population a perdu confiance en eux. »
  • « UN AUTRE exemple : Les vaccins sont régulièrement appelés notre « super arme ». Et nos hôpitaux sont appelés « super hôpitaux ». Pourtant, ces super hôpitaux sont apparemment soumis à une pression maximale, alors que la quasi-totalité de la population est armée d’une super arme. Même les enfants ont été vaccinés à grande échelle, ce qui ne s’est pas produit dans nos pays voisins. »
  • « EN D’AUTRES TERMES, il y a quelque chose ici qui ne mérite pas le terme « super ». Qu’il s’agisse des vaccins, des hôpitaux ou d’un mélange de tous ces éléments, chacun se fera son avis. Mais en tout état de cause, la communication des autorités à la population ne mérite en aucun cas le terme de « super ». Au contraire. »
Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20