« Un échec historique »: la guerre commerciale de Trump a fait du mal à l’économie américaine

Deux ans après un accord sur l’achat de produits américains de la part de la Chine, en vue de relâcher les taxes américaines sur les importations chinoises, il est l’heure de faire les bilans. Au-delà de la pandémie, la Chine achète beaucoup moins que ce à quoi elle s’était engagée, et Donald Trump a créé un manque à gagner pour les entreprises américaines. La guerre commerciale de l’ancien président est un échec cuisant.

« Les guerres commerciales sont bonnes, et faciles à gagner », entonnait Trump en 2018. Son mandat a en effet été marqué par l’imposition de nombreuses taxes d’importation sur des produits chinois, menant à des taxes chinoises sur des produits américains. On a pu suivre une véritable escalade de telles mesures. En tout, des produits chinois d’une valeur de 450 milliards de dollars ont été soumis à des taxes sous le mandat de Donald Trump.

La logique de l’ancien président était telle : rendre les importations plus chères mettrait à mal les entreprises étrangères et ainsi il aurait des leviers pour demander des concessions. Sauf que les marchés financiers, en 2018 et 2019, ont souffert de cette partie de ping pong. En janvier 2020, les deux pays ont alors signé un accord : la Chine s’engagerait à acheter davantage de produits américains, pour que les Etats-Unis, après, laissent tomber les nouvelles taxes.

Manque à gagner pour les entreprises américaines

Des nouvelles données sur les échanges commerciaux, pour l’année 2021, montrent que la Chine est très loin de ces engagements pris dans cet accord. Selon ces données, analysées par Chad Bown du Peterson Institute for International Economics, cité par Yahoo Finance, la Chine n’a ainsi importé que 57% de ce à quoi elle s’était engagée, en l’espace de deux ans (2020 et 2021). Soit un total de 289 milliards de dollars (nombre moins élevé qu’avant la guerre commerciale), au lieu des 502 milliards de dollars promis.

Importations de produits américains en Chine, en milliards de dollars. En rose : importations auxquelles la Chine s’était engagée dans l’accord appelé « Phase one ». crédit : Peterson Institute

Sans les taxes de Trump, les exportations américaines vers la Chine auraient été supérieures, à hauteur de 119 milliards de dollars, entre 2018 et 2021. Le manque à gagner pour les entreprises américaines est donc considérable. De plus, Trump a dû compenser les fermiers lésés par le manque d’exportations : à hauteur de 30 milliards de dollars, issus de fonds publics.

Echec historique

« Il y a deux ans, le président Donald Trump a signé ce qu’il a appelé un ‘accord commercial historique’ avec la Chine », analyse Bown. « Aujourd’hui, le seul aspect ‘historique’ incontesté de cet accord est son échec. La guerre commerciale en valait-elle la peine pour les exportateurs américains ? Jusqu’à présent, la réponse est non. »

Et le covid dans tout ça?

2020 et 2021, deux années particulières, où le monde était sous l’emprise du coronavirus. Mais cela n’explique pas entièrement les baisses de commandes chinoises. Les exportations américaines sont aujourd’hui au niveau d’avant la pandémie, et en 2021 les exportations ont connu des records. Les services ont connu une demande moins forte, notamment le tourisme, mais les biens ont connu une demande exponentielle et les exportateurs américains en produisent même plus qu’avant la pandémie.

Les services, notamment les voyages et l’éducation, étaient un des quatre secteurs visés par l’accord de Trump avec la Chine. Ils ont été impacté par le covid, il est vrai, mais ne représentaient que 20% du deal. Les trois autres secteurs sont la manufacture, l’agriculture, et l’énergie (pour lequel Biden vient de reconduire des taxes sur des panneaux solaires chinois).

L’agriculture est la plus petite partie de l’accord, mais c’est la que les exportations ont augmenté le plus. La Chine a notamment fait face à une crise de grippe porcine, et a donc dû importer du porc de toutes parts du globe. Mais là encore, malgré les augmentations, les importations n’ont pas atteint le niveau promis dans l’accord.

Les exportations de voitures et d’avions sont même en dessous du niveau de 2017 (année de référence pour calculer si la Chine a bien augmenté ses achats de produits américains). Il est vrai que l’industrie automobile a notamment fait face à des problèmes de pénuries de semi-conducteurs, et les livraisons d’avions ont été impactées par les déboires du Boeing 737 Max.

Et ensuite?

L’accord ne contient pas de mécanisme particulier dans le cas où la Chine n’atteint pas les quotas. Elle ne devrait donc pas subir de conséquences. Les entreprises américaines payent alors toutes seules les pots cassés.

Biden, de son côté, a déjà supprimé des taxes d’importation de l’ère Trump sur des produits européens, mais n’avance pas sur les taxes sur les produits chinois. Le président américain pourrait encore utiliser ces taxes comme levier pour demander des engagements en termes de droits humains ou de lutte contre le réchauffement climatique à la Chine.

En attendant, en voulant faire du mal à l’économie chinoise, Trump a surtout tiré une balle dans le pied de l’économie américaine.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20