Toyota propulse sa Mirai à hydrogène sur le marché belge en la rendant 20% moins chère

En raison du faible nombre de points de recharge disponibles, la voiture à hydrogène ne connaît que peu de succès en Belgique. Une information qui n’a pas dissuadé la société japonaise Toyota d’offrir une seconde vie à son modèle Mirai en Belgique, mais cette fois, à un prix beaucoup plus bas.

Une voiture à hydrogène, c’est quoi? C’est une voiture électrique qui utilise de l’hydrogène (H2) comme source d’énergie et qui émet donc … de l’eau.

Malgré cet atout écologique, la voiture à hydrogène se fait rare sur les routes belges. En 2019, seules 8 nouvelles voitures à hydrogène ont été immatriculées en Belgique, soit autant qu’un an plus tôt. Il n’existe actuellement que deux stations de recharge en Belgique : l’une à Zaventem, située près de Toyota Europe, l’autre à Halle, localisée près du siège du groupe de supermarchés Colruyt.

La structure de la Mirai

Pourtant, Toyota ne perd pas espoir. Son modèle à hydrogène, la Mirai, qui a fait l’objet d’une mise à jour importante, vient d’être relancée sur le marché belge. Toyota a en effet tenté de rendre cette nouvelle édition plus attrayante : 

  • Le prix de base a été réduit d’environ 20%. Autrefois proposée à environ 80.000 euros, elle sera dorénavant commercialisée à 64.470 euros.
  • Un troisième réservoir d’hydrogène supplémentaire a été ajouté au moteur, ce qui augmente de 30% l’autonomie de conduite du véhicule, qui est désormais de 650 kilomètres. 
  • Les réservoirs sont disposés en T dans le moteur, le plus long étant placé dans le sens de la longueur et au centre sous le plancher du véhicule, tandis que les deux plus petits sont placés latéralement sous les sièges arrière et l’espace à bagages. Ensemble, ces réservoirs pesaient autrefois 5,6 kilogrammes d’hydrogène, aujourd’hui, leur poids est de 4,6 kilogrammes. 
  • La pile à combustible a été déplacée vers le compartiment avant, tandis que la batterie et le moteur électrique ont été placés à l’arrière, ce qui devrait rendre la voiture plus stable.

Lire aussi : Pourquoi l’hydrogène est-il soudainement devenu la vedette de l’énergie durable?

Un nouveau design avec un habitacle plus grand

Toyota, qui a également commercialisé un camion à hydrogène au début de l’année, a commencé à développer un véhicule électrique à hydrogène en 1992. 

La berline Mirai a été introduite sur les marchés pour la première fois en 2014. Mais avec la version 2.0, Toyota voit plus loin. Le constructeur automobile japonais espère voir les ventes mondiales de Mirai se multiplier par 10. 

Toyota lance un appel aux autorités : l’utilisation des véhicules à hydrogène devrait se faciliter à mesure que les marchés amélioreront leurs infrastructures, que le nombre de stations-service augmentera et que les gouvernements et les autorités locales introduiront de réglementations en faveur d’une mobilité plus propre.