The Crown, une entreprise familiale pesant 23 milliards d’euros

La famille royale britannique constitue un empire financier. Comment cette entreprise génère de l’argent ? En un mot: l’immobilier. Mais les principaux bénéfices ne lui reviennent pas et percolent dans l’économie du Royaume-Uni.

‘Pas une famille, une firme’. Cette conception qui va encore comme un gant aux Windsor, on la doit au père d’Elizabeth II. Depuis, The Firm est resté un titre informel pour évoquer la maison royale, ses institutions associées, le personnel et les membres de la famille qui gèrent les affaires de la monarchie.

Cette entreprise, c’est le visage public d’un empire estimé par Forbes à près de 24 milliards d’euros. Une marque mondialement connue dont la réputation peut profiter à d’autres sociétés ou organisations dans son sillage. L’entreprise de luxe Barbour ou la maison de whisky Johnnie Walker peuvent témoigner de l’intérêt de recevoir comme elles un royal warrant.

‘La monarchie est le trésor national de la Grande-Bretagne, à la fois symboliquement et économiquement. Surtout à l’ère du Brexit, la Grande-Bretagne peut s’appuyer sur la diplomatie royale pour faciliter les relations commerciales’, rappelle David Haigh, PDG de la société de conseil Brand Finance.

Meet The Firm: Who Really Rules The Royal Family © Forbes

À l’instar du conseil d’administration d’une multinationale, on retrouve à la tête de cette entreprise des personnes clés entourant la reine : le prince Charles, en lice pour la couronne, et son épouse, Camilla, la duchesse de Cornouailles ; le prince William, deuxième dans l’ordre de succession, et Kate, la duchesse de Cambridge; la princesse Anne, fille de la reine; le prince Edward, le plus jeune fils de la reine, et sa femme, Sophie, comtesse de Wessex.

Un organigramme très formel et rationnel pour une entreprise dont les membres ne profitent pas directement des bénéfices financiers. La couronne détient sans pouvoir vendre près de 24 milliards d’euros d’actifs, comprenant essentiellement le Crown Estate, le principal portefeuille des actifs composé de propriétés terriennes, dans le centre de Londres mais aussi des forêts et des terres agricoles (16 milliards) et le palais de Buckingham (estimé à 4 milliards). Forbes précise également que la reine Elizabeth dispose de quelque 400 millions d’euros supplémentaires en actifs personnels, notamment ses châteaux, ses œuvres d’art et ses bijoux.

Couronne et corona

Avant la pandémie, le Crown Estate a généré près de 400 millions d’euros de bénéfices, dont la majeure partie revient au Trésor britannique. Mais environ 100 millions ont permis à la famille royale de couvrir les dépenses officielles (salaires, sécurité, voyages, maintenance).

À l’inverse, on estime, ne serait-ce que par le tourisme induit, que la famille royale injecte des centaines de millions de livres dans l’économie du pays annuellement. Au-delà de la famille élargie, la Maison Windsor compte des milliers d’employés dans le monde. À lui seul, le palais de Buckingham emploie quelque 1.200 personnes.

Comme pour toute entreprise, la crise sanitaire s’est faite ressentir dans les revenus royaux. En septembre dernier, le bilan royal faisait face à un déficit potentiel de 37 millions d’euros, à cause d’une baisse importante du tourisme et des visites de monuments royaux.

Plus
Lire plus...
Marchés